×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Identité

Par L'Economiste| Edition N°:4659 Le 02/12/2015 | Partager

Rabat a bien fait d’insister auprès des élus pour qu’ils forment une grosse délégation  afin de participer aux travaux du congrès des villes africaines,  «Africités»,  à Johannesburg  (voir les informations de notre envoyé spécial). Tordons d’abord le cou à une fausse idée: on croit que les Marocains sont toujours prêts à profiter des voyages professionnels; c’est une légende. La réalité est à l’opposé. Résultat: les délégations sont souvent maigres et repliées sur elles-mêmes. Pas génial dans le monde contemporain où  il faut exister par la communication et la visibilité.
Pour le congrès  des cités africaines,  une grosse délégation a donc été organisée, avec les  élus tout neufs ou tout renouvelés, sortis  du dernier scrutin. Il suffit de les voir pour comprendre que les élections sont de vraies élections, avec de vraies compétitions et de vrais élus… y compris au Sahara.  Ce sont là des informations  peu répandues dans l’Afrique anglophone.  Et aussi des informations âprement contestées par nos voisins d’Algérie.  Il est donc essentiel de donner à voir la réalité, avec prise de parole ni contrite, ni contrainte.
Il est important aussi d’exister  honorablement dans l’esprit  comme dans la mémoire d’autres élus d’Afrique. En effet, il n’y a pas beaucoup de pays sur le continent qui puissent construire et nourrir un projet  de démocratisation, de maintenir la sécurité des personnes et des biens  et aussi  d’ouvrir l’horizon sur un développement humain. Plus que de le dire, il faut donner à voir et à intégrer, ce qui est une nouvelle identité marocaine.
Il est à espérer que les PJDistes du gouvernement, qui s’étaient  installés au pouvoir avec une hargneuse démagogie anti-voyage, auront compris la leçon: l’absence  sert davantage les ennemis du pays que les économies budgétaires.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc