×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    Le Danemark retire AstraZeneca du programme de vaccination

    Par L'Economiste| Le 14/04/2021 - 13:42 | Partager
    Le Danemark retire AstraZeneca du programme de vaccination

    Les autorités sanitaires danoises devraient retirer le vaccin AstraZeneca du programme de vaccination du pays contre Covid-19, en raison de lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins, ont rapporté mercredi plusieurs médias du pays nordique.

    Le journal Politiken et le diffuseur TV2 ont rapporté, citant des sources "centrales", que ce vaccin devrait être entièrement retiré du programme de vaccination du pays. Le Danemark a initialement suspendu l'utilisation du vaccin du laboratoire anglo-suédois le 11 mars avant de prolonger sa suspension de trois semaines à compter du 25 mars. Un peu moins de 150 000 personnes au Danemark ont reçu ce vaccin, selon les chiffres officiels.

    La semaine dernière, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé qu'elle était parvenue à la conclusion que les caillots sanguins inhabituels subis par de nombreuses personnes à travers l'Europe devraient être considérés comme des effets secondaires rares du vaccin Covid-19 d'AstraZeneca, mais que dans l'ensemble, les avantages du vaccin l'emportent sur le risque. L'Autorité sanitaire danoise a par la suite déclaré qu’elle attendrait les résultats des propres études du pays sur les rares cas de caillots sanguins liés au vaccin avant de prendre une décision finale sur la reprise de son utilisation.

    Selon un rapport de TV2, le calendrier de vaccination du pays sera repoussé de "quelques semaines" en raison du retrait du vaccin d’AstraZeneca. Des retards sont également probables en ce qui concerne la situation avec le vaccin Johnson & Johnson après que la société américaine a annoncé hier qu'elle suspendrait son déploiement en Europe. Le Danemark, un pays de 5,8 millions d'habitants, est en train de rouvrir des écoles, des restaurants, des centres commerciaux et des activités culturelles, après que le taux d'infection quotidien a ralenti à 500-600 par jour contre plusieurs milliers en décembre.

    Près d’un million de Danois ont reçu leurs premiers vaccins, 77% avec le vaccin Pfizer-BioNTech, 7,8% avec le vaccin de Moderna et 15,3% avec celui d’AstraZeneca, avant sa suspension. Alors que des millions de doses du vaccin AstraZeneca, développé avec l'Université d'Oxford, ont été administrées, un petit nombre de personnes ont développé des caillots sanguins mortels, ce qui a incité le Danemark et d'autres pays, y compris les trois plus grands pays de l'Union européenne - l'Allemagne, la France et l'Italie - à suspendre temporairement les injections.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc