×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    « Aucune intervention politique lors de l’arrestation d’une dirigeante de Huawei »

    Par L'Economiste| Le 07/12/2018 - 10:20 | Partager
    « Aucune intervention politique lors de l’arrestation d’une dirigeante de Huawei »

    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a assuré jeudi qu’il n’y avait eu aucune « intervention politique » lors de l’arrestation à Vancouver d’une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, rappelant que le Canada « a un processus judiciaire entièrement indépendant ». « On a été avisé du processus judiciaire quelques jours avant que l’arrestation soit faite », le 1er décembre, a déclaré Trudeau à propos de l’interpellation, à la demande des États-Unis, de Meng Wanzhou, la directrice financière du numéro deux mondial des téléphones intelligents. Toutefois, « il n’y a pas eu d’intervention politique dans cette décision, car nous respectons l’indépendance du système judiciaire », a-t-il souligné. De son côté, le directeur du Centre canadien de cybersécurité, Scott Jones, a indiqué jeudi que le Canada doit se tenir sur ses gardes après l’arrestation de Meng Wanzhou, « quel que puisse être l’éventuel facteur déclenchant » des représailles.

    Interrogé par la presse sur une possible riposte de Pékin, ou de pirates informatiques liés de près ou de loin au gouvernement chinois, Scott Jones a noté qu’« il est fondamental de toujours être combatif, quel que puisse être l’éventuel facteur déclenchant » des représailles. Des informations de presse affirment que Washington soupçonnerait Meng de violation des sanctions américaines contre l’Iran. Elle doit comparaître aujourd’hui devant un juge canadien qui doit statuer sur sa demande de remise en liberté conditionnelle en attendant son éventuel transfèrement à la justice américaine. L’arrestation de Mme Meng a suscité l’ire de Pékin, alors que les États-Unis et la Chine venaient de conclure ce week-end une trêve dans leur guerre commerciale. Huawei bataille actuellement contre plusieurs gouvernements occidentaux et asiatiques qui refusent de le laisser s’installer dans leurs réseaux 5G, stratégiques.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc