×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Etat de droit

    Par L'Economiste| Edition N°:890 Le 08/11/2000 | Partager

    Dans le Discours prononcé à l'occasion du 25ème anniversaire de la Marche Verte, SM le Roi a insisté sur le fait qu'il ne faut pas tolérer dans le cadre de l'Etat de droit la moindre atteinte aux libertés, à la sécurité et aux biens et valeurs des citoyens marocains quelle que soit leur confession.La démocratie est un système complexe dont la gestion impose la rigueur. Elle suppose d'abord et avant tout le respect de l'Etat de droit. Ce dernier ne doit pas être compris à sens unique. Ce n'est pas seulement une exigence du citoyen vis-à-vis de l'Etat; c'est également une pratique quotidienne des citoyens entre eux et il appartient aux pouvoirs publics de veiller à la protection et au respect du droit de chacun. Le soutien du Maroc et du peuple marocain à la cause palestinienne est indéniable. La position du Maroc est sans ambiguïté sur ce sujet: le Maroc a encouragé le processus de paix parce que les Palestiniens eux-mêmes y ont participé. Lorsqu'il s'est avéré que le gouvernement israélien avait une politique hostile et agressive envers les Palestiniens, le Maroc a fermé ses représentations à Tel-Aviv ainsi que le bureau de liaison israélien à Rabat. Il convient d'ailleurs de rappeler que le Maroc a toujours refusé que les représentations soient élevées au rang d'ambassade tant que le processus de paix n'a pas réalisé d'avancée significative. En tout état de cause, la position marocaine n'est pas animée par des motivations raciales. Le Maroc soutient les Palestiniens parce que outre les valeurs communes, leur cause est juste. Mais en même temps, nous devons être soucieux de la bonne marche de notre propre société. Par conséquent, il faut veiller au respect des droits de tous les Marocains quelles que soient leurs conviction ou confession religieuse. Aucune motivation politique ne peut justifier des débordements sur ce sujet.Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc