×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

En vrac

Par Nadia SALAH| Edition N°:4834 Le 12/08/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

Malheureusement, nos investigations confirment ce dont les gens se plaignent depuis quelques semaines: c’est le bazar avec les sacs en plastique, un désordre qui abrite aussi des abus. Au début, il ne s’agissait «que» des fabricants de sacs en plastique. Ils expliquaient qu’il n’y a que peu, ou pas du tout, de perspectives de reconversion. Et que les programmes annoncés par le gouvernement… comment dire ces choses diplomatiquement? Les programmes annoncés par le gouvernement «se faisaient attendre» alors que l’interdiction, elle, était déjà là. Déjà punie d’amendes chez leurs clients. Mais ces fabricants ont eu du mal à mobiliser l’attention et le soutien de l’opinion publique. C’étaient des fauteurs de pollution bien visible, tout à fait insupportable à quatre mois de la COP22. Ils auraient dû discuter avec le gouvernement dès le vote de la loi, au lieu de laisser certains de leurs confrères décrédibiliser leur profession avec des chiffres extravagants.
Les amateurs ont submergé les professionnels. C’est vrai, mais quand on est un homme politique soucieux de ses concitoyens, comme le gouvernement en compte tant (sic!), on aurait dû prendre les devants. Driss Jettou, Premier ministre, dans des circonstances plus graves, celles de la peste aviaire, avait mangé un tagine de poulet devant les caméras,  pour montrer qu’il n’y avait aucune raison de ne plus en acheter, aucune raison de ruiner une filière économique et sociale. Il se souciait de l’économie, du social et des gens, lui!
Rien de tel avec les sacs. Au contraire, des inspecteurs (qui sortent d’où?) interprètent ce qu’ils croient savoir de la loi, laquelle n’interdit qu’une sorte de sacs sur les sept qu’elle identifie.
Et au passage, qui se soucie de la sécurité sanitaire des gens à qui on impose le retour au vrac?

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc