×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Délais

    Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5949 Le 17/02/2021 | Partager
    dr_mohamed_benabid.jpg

    La crise des mauvais payeurs, c’est un peu le phénix. Cet oiseau mythique que l’on donne à chaque fois pour mort, avant qu’il ne renaisse de ses cendres. A chaque tentative de réforme, le dossier est annoncé comme pris en charge ou traité. Puis les alertes repartent de plus belle que la conjoncture soit sereine ou pas.

    Paradoxalement, c’est l’Etat, pointé régulièrement du doigt, qui se montre exemplaire, multipliant les gestes de bonne volonté. Les efforts de dématérialisation y contribuent grandement. Ce qui a commencé à produire ses effets avec une réduction sensible des délais moyens de 40 à 50 jours (c’est la CGEM qui le dit).

    Certes, pour montrer définitivement que les objectifs visés sont bien réels et non seulement affichés, il reste encore à travailler sur les circuits de réception des factures par les donneurs d’ordre publics. Les fameuses zones grises qui continuent de pourrir la vie aux entreprises n’ont pas disparu, loin s’en faut.

    Pour autant, qui peut s’engager dans le privé sur des délais pareils? Il ne faut pas se faire d’illusion: les PME et TPE n’ont pas toutes les moyens de se payer des procédures d’affacturage ou des crédits de trésorerie. Ni même de pester ouvertement contre leurs grands clients par peur de représailles.

    Il ne leur reste plus qu’à subir un terrible diktat, du fournisseur-banquier. Sur un sujet aussi sérieux, grave et tragique à la fois dans des contextes pandémiques comme en ce moment, l’on peut aisément imaginer les menaces que ce type de crise fait peser sur l’existence même du tissu entrepreneurial, et par contagion, sur toute l’économie.

    Qu’une énième tentative de réforme (cf. notre édition du 16 février 2021) soit annoncée et qu’elle soit idéalement la bonne, c’est tout ce que les fournisseurs peuvent espérer. C’est tout ce qu’il leur reste aussi.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc