×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Droits

Par L'Economiste| Edition N°:4407 Le 26/11/2014 | Partager

Marrakech fait rêver l’humanité d’un nouveau monde. La semaine dernière, c’était autour de l’entrepreneuriat. Dès demain, ce sera sur les questions des droits de l’Homme avec près de 5.000 attendus pour le Forum mondial des droits de l’Homme. Cette forte mobilisation est un élément d’optimisme en soi.
D’abord, pour le Maroc, lequel n’a pas à rougir de son bilan sur ces sujets aussi avec des engagements pris et réitérés au plus haut sommet de l’Etat.
Ensuite, pour la communauté internationale appelée à  redémarrer ce moteur, malmené un peu partout. Qu’on ne se fasse pas trop d’illusions, toutes les nations doivent balayer devant leurs portes. Celles où  les abus continuent de s’exprimer à leur état primaire, tout comme celles qui en apparence s’en sont affranchies, ne se gênent  en réalité pas pour  bafouer, sous des formes subtiles certes mais avec les mêmes dégâts, les droits de leurs minorités, hommes, femmes ou enfants. Attention, l’erreur serait de considérer que les responsabilités sont exclusivement étatiques. La multiplication de pouvoirs privés, extrêmement puissants, à la faveur d’avantages financiers et/ou technologiques a donné naissance à de nouveaux pôles d’exactions qui viennent narguer d’autres droits.  Ici, droits à la santé pour des patients qui salivent à la vue de molécules thérapeutiques révolutionnaires mais souvent inaccessibles. Là , droits à la confidentialité des données privées pour des populations, digitalisées certes, mais sous-protégées et exposées au bon vouloir des algorithmes abscons  des géants américains d’internet.  Là encore, droit de vivre ses propres spécificités culturelles, sa souveraineté…
La bataille bien évidemment sera celle des normes, de manière à combattre toutes les lignes Maginot qui subsistent en matière de privation des libertés. Sur ce registre, cette mobilisation internationale est là pour montrer que ces questions sont non négociables, qu’il ne peut y avoir de réponses partielles et  que l’humanité est capable de parler un autre langage que le rapport de force.


 

Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc