×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Digitalisation

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5789 Le 24/06/2020 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Temps du confinement, du couvre-feu, de l’état d’urgence… temps favorable aux enquêtes et aux réflexions. Il y a eu depuis le 2 avril 2020, l’enquête hebdomadaire de Sunergia et de L’Economiste suivant pas à pas l’état d’esprit des Marocains, l’excellent travail d’analyse de l’association Al Mountada (L’Economiste du 23 juin 2020), et il y a, moins connues, les données régulières de la CFCIM.

    Un tableau en double partie devra retenir l’attention. Depuis une vingtaine d’années on est tous tartinés jusqu’à n’en plus pouvoir de digitalisation, numérisation, NTI, informatisation… Honte à celles et ceux qui n’en sont pas, sachant que nul ne peut en donner assez: Il manquera toujours une fleur à la boutonnière de votre ordinateur.

    Un business génial où le client est toujours en faute de ne pas avoir acheté suffisamment. Il n’empêche que ce sont de vrais outils géniaux.

    Sur le terrain marocain, qu’en est-il réellement? D’abord 82% des entreprises sont de la partie, et ce dans plusieurs de leurs services. Ce qui est louable et rassurant.

    Sauf qu’il y a des trous dans les chaînes. Si la Douane et les Impôts se sont organisés (à condition de lutter contre les erreurs humaines), il reste de multiples dispositions légales contrariant le progrès. Le manque de dialogue entre les entreprises et le monde politique empêche une mise à niveau automatique.

    Il y a aussi le pire: ces cliniques ou cabinets qui occultent leurs patients, ou encore la justice, avocats compris, qui ne veulent absolument pas de digitalisation. On se demande bien pourquoi (sic!).

    Enfin, il y a ces facteurs d’autres progrès. La rapidité, l’accumulation d’informations et la traçabilité numérique, poussent les relations de travail vers la compétence et la confiance.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc