L'Edito

Développement

Par Mohamed BENABID| Edition N°:5332 Le 09/08/2018 | Partager
mohamed_benabid.jpg
 

Le Maroc a la chance de compter des champions de la société civile dont certains ont rendu de nombreux services à ce pays. Il suit leurs bonnes fortunes, mais aussi leurs malheurs quand ils se produisent, et c’est bien normal.

Le décès accidentel de Pierrette M’jid, épouse du grand militant éponyme, en est un. Entendu ici et là: «Encore une affaire de gamin pourri gâté au volant d’un bolide»... Non, cet éditorial ne prendra pas ce raccourci.

Surfer sous le coup de l’émotion sur une vague vindicative, c’est continuer de gonfler un moroccan bashing suffisamment alimenté comme cela.

Ce n’est pas non plus le meilleur moyen pour saluer la mémoire de la défunte qui s’est, comme son mari et leurs enfants, toujours mobilisée pour les nobles causes. Il faut laisser la justice suivre son cours et identifier les responsabilités sur un drame aux implications terribles pour plusieurs familles. 

En attendant les résultats de l’enquête, l’on est en revanche réduit à se scandaliser de ce qui apparaît comme des facteurs de risque aggravants sur les lieux du sinistre dont on dit déjà qu’ils ne répondent pas aux normes élémentaires de sécurisation vis-à-vis des piétons d’un chantier de travaux publics.

La ville de Casablanca ne serait donc pas blanc-bleu dans cette affaire et à côté des impératifs de conduite responsable, le vrai sujet serait donc, encore une fois, l’incapacité à standardiser les normes d’urbanisme et de construction en dépit d’un arsenal juridique très fourni. Ces sujets peuvent paraître mineurs à côté des graves préoccupations économiques et sociales que connaît le pays.

En réalité, ils ne le sont pas, car ils touchent aux fondements des nations: nous n’avons toujours pas atteint le niveau de compétence logistique, normatif, les changements de comportements et leurs exigences, que requièrent les ambitions de développement.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc