×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Cop 7

    Par L'Economiste| Edition N°:1047 Le 27/06/2001 | Partager

    Marrakech accueillera le Cop 7 à l'automne 2001 comme elle avait accueilli l'OMC en 1994. En s'occupant d'environnement, le Cop 7 est une tentative de programmation planétaire à plus long terme encore que l'OMC. En octobre prochain, Marrakech va se trouver au centre d'ambitions encore plus importantes que ne l'avait été Seattle l'année dernière et qui ont fait que Barcelone cette année a renoncé à abriter ce genre de rencontres globales.Marrakech, le Maroc et ses institutions vont être au coeur du triangle USA-Europe-PVD du point de vue de la stratégie du développement durable. La nouvelle présidence américaine ne veut plus entendre parler du Protocole de Kyoto pour réduire l'effet de serre. L'Europe les accuse donc de brader l'avenir de la Terre. Entre les deux, les PVD doivent poser haut et fort la question de leur propre développement. Ils doivent le faire de manière concertée et cohérente, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.Marrakech se trouvera aussi à la rencontre de deux courants, le courant proglobalisation et le courant antiglobalisation. En fait de rencontres, il s'agit de collisions et de heurts, qui font le bonheur des images télévisées (comme le grand souci des responsables de la sécurité). Pourtant, il faut aller au-delà des images, forcément réductrices, montrant des policiers casqués et des manifestants enveloppés de fumée lacrymogène. Ces images apportent un spectacle, mais ne fournissent aucune solution. Or, le Maroc, comme il l'avait fait en 1994 avec son savoir-faire d'hôte, peut renouveler l'opération en 2001. Mais cela ne se prépare pas au dernier moment. Pour l'OMC, il y avait six bons mois de travail et encore, chacun avait trouvé que c'était court.Il y a dans le Cop 7 une chance historique et planétaire pour notre pays, alors au travail!Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc