×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Contre-campagne

Par L'Economiste| Edition N°:1288 Le 09/06/2002 | Partager

C'est une vraie plaie. Pas par le nombre de cas, mais par la navrante réputation qu'ils font à l'investissement: il s'agit de ces incroyables conflits du travail, sans queue ni tête et qui touchent les PME modernes. Une machine mise au rebut, un congé déplacé à cause d'une commande, un vol découvert… Et voilà une petite usine en grève, avec souvent occupation des locaux. Le juge ordonne l'évacuation et requiert la force publique, mais les semaines passent sans que rien ne bouge. Il est même arrivé que les piquets de grève décident de construire leur douar dans les locaux… Ou bien un inspecteur du travail se fait prendre en photo en train de superviser la signature d'un accord d'indemnisation pour des licenciements. Quelques jours plus tard, un avocat convainc des licenciés d'attaquer en justice en leur promettant d'obtenir plus grâce à ses "relations" (et d'obtenir aussi sa conséquente commission). La Justice ne reconnaît pas l'accord car, dit-elle, il aurait fallu que la signature des pouvoirs publics soit certifiée conforme! Deuxième tournée d'indemnités et une usine qui ferme.Les PME, quel que soit leur secteur d'activité, sont bruissantes de ce genre de problèmes. Lesquels aboutissent presque tous à la fermeture et aux pertes d'emplois.Certes, le double échec, la semaine dernière, de l'appel à la grève des deux principaux syndicats va considérablement réduire les tentations de faire de l'activité syndicale un marchepied politique local ou national. Les travailleurs ont montré qu'ils ne veulent plus que l'on se serve d'eux à cette fin. Mais cette clarification n'est pas suffisante. Il n'est pas normal que les PME modernes soient prises en otages par l'imprécision du droit, par des pratiques occultes… Chaque cas de ce genre est une campagne de publicité vivante contre l'investissement et l'emploi, une campagne pour l'augmentation de la misère. Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc