×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Comme en Mauritanie

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5819 Le 07/08/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg
     

    Après avoir pratiqué, systématiquement et sans discussion, la soustraction des porteurs de virus, nos autorités sanitaires ont décidé de faire l’inverse: les porteurs asymptomatiques restent chez eux. Ils ont ajouté à voix très basse «qu’il y aura une surveillance…». A voix très basse… parce que tout le monde sait, surtout le ministre et ses services, qu’il n’y a pas de moyen, matériel ou humain, pour tenir cet engagement.
    En un mot comme en cent, le coronavirus a débordé les capacités médicales du Maroc.
    Regardons cela de plus près. En 1960, il y avait 1,6 lit d’hôpital pour 1.000 habitants. Au sortir de la colonisation, qu’attendre de mieux; l’Indépendance va redresser cela?  Erreur, ce fut de loin la meilleure année. 
    Qu’on en juge: en 2003, il n’en avait plus que 0,8. Aujourd’hui, nous en avons moins de 0,6 soit le niveau de la Mauritanie et du Yémen d’avant la guerre. La Tunisie en a 2,07. 
    Ce n’est pas fini: le ministère de la Santé est si mal organisé, qu’il n’est pas capable de fournir cette simple donnée, chaque année, aux instances mondiales.
    On devine la réplique du ministère: les Suédois n’ont que 2 lits pour 1.000 habitants. C’est vrai, mais c’est un système de soins locaux très différent qui coûte, hors virus, 11% du PIB et ne laisse personne sur le bord du chemin. Pas de comparaison possible avec le Maroc.
    Encore une donnée: la santé publique marocaine désespère ses personnels, la moitié de ses médecins a fui vers le privé et une part importante a fui à l’étranger, tandis que les étudiants ont fait grève durant une année pour interdire d’augmenter leurs effectifs(1). La réforme du secteur partira de loin.
    _________________________

    (1) Ce n’est que ces dernières semaines, grâce au virus, que les quotas ont été accrus, un peu.

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc