×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Budget de fonctionnaires

Par L'Economiste| Edition N°:3136 Le 26/10/2009 | Partager

Bien sûr, tout y est dans ce projet de Budget… y compris le gros mensonge des recettes de privatisations, fixées à 4 milliards comme elles avaient été fixées à 3 milliards pour l’année en cours; cela n’avait aucun sens, c’était juste pour faire un déficit présentable sur le papier.Et c’est cela justement qui met la puce à l’oreille: ce projet de loi de Finances n’est pas le travail de responsables politiques qui savent qu’ils ont des comptes à rendre sur leur mandat. Pas un, mais deux comptes à rendre: un au Palais, l’autre aux électeurs, suivant la double légitimité qu’exige le fonctionnement du Maroc.Ce projet de Budget n’a pas de colonne vertébrale politique, comme il devrait en avoir, s’il avait vraiment été le produit d’une pensée politique mûrie chez le Premier ministre, à défaut d’être le reflet de la politique d’un gouvernement.Les politologues diront que le Maroc paye cash la déstabilisation provoquée, mais pas assumée jusqu’au bout, par le PAM.Ce projet de loi de Finances est un empilement d’optimums de second rang, c’est-à-dire que chaque morceau est correctement monté, financièrement fiable. Mais il n’y a pas d’objectif de premier rang, pas d’axe, pas de volonté tendue vers quelques buts, bien cernés, bien expliqués.On peut dire sans exagérer que c’est un «budget de fonctionnaires» appliqués et sérieux, n’ayant cependant aucune responsabilité de cohérence, aucune obligation de réaliser des objectifs globaux et stratégiques.Pourtant, en 2009 comme en 2010, nous sommes dans une phase de crise économique, conséquence directe et cruelle de la crise financière. Nous serons aussi à 24 mois d’échéances vitales… et par chance, pas d’élection immédiate... Partout dans le monde, une telle conjoncture détermine une très haute activité budgétaire puisque c’est le moment idéal pour bien travailler; pas chez nous!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc