×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Bonneterie

    Par L'Economiste| Edition N°:899 Le 21/11/2000 | Partager

    Ils ne fabriquent pas de bonnets, mais plutôt des chaussettes et sous-vêtements. La bonneterie est une activité très sérieuse, à forte intensité de main-d'oeuvre, et qui marche bien si l'on en juge par la balance commerciale; ce mouchard national révèle à fin septembre une hausse de ses exportations de 15,6%, soit 900 millions de Dirhams. De quoi rendre jalouse la branche soeur, la confection, qui fait dans le pantalon et la chemise, qui perd autant et multiplie les fermetures d'entreprises-phares.On connaît les problèmes des entreprises en difficulté; on connaît moins les atouts des entreprises en forme. La mode dans les affaires est à vivre caché et replié sur soi, par crainte des jaloux, des concurrents et du mauvais oeil. Quand rien ne va plus, on "interpelle" le gouvernement et on prend les médias à témoin.Dans l'usure de la confection, tous les intervenants ont leur part de responsabilité. L'Etat a certes octroyé la baisse du prix de l'électricité, la douane rapide et d'autres mesures. Mais, il ne donnera pas plus: ni dévaluation, ni subvention à l'instar de la Tunisie. Quant aux patrons, ils ont trop compté sur le coût minute, en négligeant les produits à forte valeur ajoutée, l'encadrement, la formation et l'ouverture de leur capital à leurs clients. Enfin, les salariés achèvent les usines par la grève ou l'occupation au moment des commandes.Dans la première industrie du pays, il y aura des morts et des naissances d'entreprises. Le textile pose la question des restructurations industrielles, des reconversions et fermetures d'usines; d'autres secteurs suivront. Il faut traiter les problèmes dans les entreprises, avant de les trouver dans la rue. Or, le Maroc n'a préparé ni fonds de reconversion, ni caisse de chômage, ni retraites anticipées.Car l'habitude, quand les problèmes pointent, est de remonter ses chaussettes pour rester au chaud et descendre son bonnet pour ne rien voir. Voilà pourquoi la confection va mal et la bonneterie va bien.Khalid BELYAZID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc