×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Autoaveuglement

Par L'Economiste| Edition N°:2433 Le 29/12/2006 | Partager

Le projet de loi sur les sondages adopté par le gouvernement constitue une menace sérieuse pour la liberté d’expression au Maroc. S’il est appliqué, ce texte rendra les sondages d’opinion impossibles, à l’exception de ceux qui seront téléguidés par l’Administration.Selon ce projet, tout sondage est soumis au bon vouloir de l’Administration. La pratique est entourée de tout un système d’autorisations préalables et d’interdits, qui plus est un système assorti de peines de prison!La pratique des sondages deviendrait un exercice hautement dangereux.Il est clair dans ce texte que le gouvernement cherche à empêcher la réalisation des sondages au Maroc. Craint-il à ce point l’opinion publique?! Empêcher les sondages ne changera rien à ce que pensent les citoyens!Ce texte s’il est adopté définitivement mettrait le Maroc en déphasage total avec l’évolution en cours et que tous souhaitent pour notre pays, en déphasage aussi avec les sociétés démocratiques.La démarche saine et sérieuse aurait consisté à ce que les règles encadrant cette activité garantissent le sérieux et la crédibilité du sondage et non pas à le mettre sous une tutelle administrative, dont chacun connaît le caractère aléatoire et discrétionnaire. L’adoption de ce texte constituerait un recul grave en matière de liberté, alors qu’au Maroc nous avons réalisé de grandes avancées. Cela a été fait, soulignons-le, sans mettre en danger la société. Pourtant certains prédisaient des catastrophes si on libéralisait… La réalité est que cette libéralisation a renforcé, consolidé la société marocaine. La différence entre les régimes dictatoriaux et les régimes démocratiques est que les premiers s’affaiblissent à cause des interdits qu’ils érigent en espérant se protéger. Les dictateurs ne savent plus ce que pense leur peuple, alors que les démocraties ont toute l’information qui leur permet de s’adapter et de se renforcer en permanence.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc