×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Assumer

Par L'Economiste| Edition N°:1337 Le 22/08/2002 | Partager

Par l'élection, le Maroc a l'intention de construire un paysage politique sain, "un paysage ne laissant aucune place à ceux qui se réclament de la démocratie à seule fin de la confisquer, car faut-il le rappeler, il n'y a pas de démocratie pour les non-démocrates".C'est ce qu'a souligné Sa Majesté le Roi dans son dernier discours. Le Maroc n'est ni l'Algérie ni l'Afghanistan. Il n'a pas l'intention de se laisser faire, bien au contraire. Le processus démocratique va continuer. Il est même exalté. Certes, le Maroc est conscient que cet engagement comporte des dangers, mais l'intention est clairement affirmée de faire face. En effet, l'ouverture démocratique crée et multiplie les opportunités pour les courants extrémistes. Le Maroc était devant un choix: ralentir le processus démocratique par crainte que les courants extrémistes en profitent pour s'imposer ou bien renforcer le processus démocratique et se préparer à faire barrage aux extrémistes. Dans la mesure où le choix démocratique est désormais un choix de société, nous devons l'assumer, avec les inconvénients et les dangers qui l'entourent. Par conséquent, la lutte contre l'extrémisme n'est pas seulement une affaire sécuritaire, c'est une affaire de la société tout entière, ses forces politiques, ses organisations non gouvernementales, ses médias. Bref, c'est l'affaire de tous ceux qui veulent que le Maroc aille de l'avant, se développe et devienne un pays moderne.La menace obscurantiste ne doit pas effrayer et faire reculer. L'engagement étant définitif, il faut se préoccuper de réduire et d'écarter la menace elle-même, en la dénonçant et en la combattant également. C'est un chemin difficile, mais la construction démocratique n'a jamais été un chemin facile nulle part dans l'Histoire. Le Maroc a fait l'économie des révolutions et de tous les méfaits qu'elles entraînent. Il ne peut pas faire l'économie des difficultés inhérentes au système démocratique. Il faut faire face et assumer le danger pour s'assumer soi-même.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc