×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Modifiant ses statuts : Le Lloyd's introduit la responsabilité limitée

Par L'Economiste | Edition N°:154 Le 17/11/1994 | Partager

Le marché londonien d'assurance-réassurance Lloyd's a modifié, le 9 novembre, ses statuts. Les investisseurs particuliers, plus communément appelés names, pourront désormais prendre des engagements à responsabilité limitée. Ce changement de statut avait été proposé en guise de mesure de sauvetage, le marché ayant accumulé d'importantes pertes ces dernières années.

La nouvelle disposition vaut également pour les engagements déjà souscris, rapporte la presse française. En d'autres termes, "les names qui le souhaitent pourront quitter les syndicats qui géraient jusqu'à présent leurs intérêts pour transférer ceux-ci à de nouveaux véhicules d'investissement dont le statut juridique sera celui de la responsabilité limitée", indique La Tribune. Une condition toutefois: chacune de ces nouvelles entités devra engager un minimum de 100.000 Livres sur le marché de l'assurance, précise le quotidien français. M. David Rowland, le président du Lloyd's, a souligné l'importance de ce changement de statut en déclarant que c'était pour la première fois durant trois siècles que les names avaient la faculté de modifier la nature du lien contractuel qu'ils entretiennent avec le Lloyd's.

Depuis sa création, ce dernier a toujours fonctionné selon le même principe: les names qui sont des personnes physiques apportent la totalité de leurs biens en garantie des opérations d'assurances de Lloyd's sans aucune limite de responsabilité. En contrepartie, ils se partagent, également sans plafond, les bénéfices réalisés.

Pour sa part, le directeur général du marché londonien, M. Peter Middelton, estime qu'environ 3.500 names choisiront de conserver le statut à responsabilité illimitée. Celui-ci est jugé plus intéressant car permettant des rendements plus élevés. Selon Citibank, citée par La Tribune, les names qui opteront pour la responsabilité limitée devront se contenter d'un

rendement de deux à trois pour un.

Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc