×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Mission espagnole/Tanger
Plus d’un millier d’écoliers inscrits

Par L'Economiste | Edition N°:2366 Le 21/09/2006 | Partager

. L’année scolaire inaugurée par l’ambassadeur d’Espagne à Rabat. La ville abrite l’une des plus anciennes écoles du MarocAPRÈS le secteur public, c’est au tour des écoliers de la Mission espagnole de Tanger de rejoindre les bancs de l’école. Cette année, la rentrée a été marquée par la présence de l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Luis Planas Puchades: l’école espagnole est le plus important établissement étranger de la ville. Près de 1.100 étudiants et écoliers y sont inscrits, soit plus de 22% de l’ensemble des étudiants de la Mission espagnole au Maroc. Ces élèves sont encadrés par 76 enseignants dont une bonne partie est d’origine marocaine. Le but étant de faciliter l’intégration de matières telles que la langue arabe dans le cursus scolaire. Mais c’est l’accroissement de la demande qui tracasse le plus les responsables. «Une croissance qui dépasse les 12% sur les deux dernières années surtout au niveau de l’enseignement primaire», indique l’ambassadeur espagnol. «Il est impossible de répondre à toutes les demandes, car les impératifs de qualité limitent le nombre d’élèves à inscrire en maternelle», explique de son côté Vicente Garcia Garcia, le directeur de Ramon Y Cajal, l’école primaire de la Mission espagnole à Tanger. Par ailleurs, la rentrée a coïncidé avec l’entrée en service d’une nouvelle loi de l’enseignement en Espagne. Cette dernière a modifié certains aspects, en particulier le nombre d’heures de classe qui a augmenté pour atteindre 27 heures et demie. Un autre aspect qui n’est pas sans déplaire aux parents d’élèves est la mise en place de cours de langues étrangères (anglais par exemple) à des âges très précoces avec une fréquence hebdomadaire plus importante. Au niveau du collège espagnol, Severo Ochoa, les demandes d’entrée sont, selon Luis Badosa Ortuño, le directeur, «moins nombreuses, mais relativement soutenues». Mais déjà on commence à y ressentir une pression. Un phénomène accentué avec l’installation accélérée d’entreprises d’origine ibérique et de leurs cadres expatriés. Pour 2007, la construction d’une salle omnisports au sein des terrains mitoyens au collège est annoncée. Enfin, un autre établissement du système éducatif espagnol connaît tout autant de succès. Il s’agit de l’Institut culturel Cervantes. Ce dernier accueille près de 1.800 étudiants dans les cours de langue, tous niveaux confondus. Il abrite en charge aussi l’une des plus grandes et des plus anciennes bibliothèques du Cervantes, hors de la péninsule. De notre correspondant, Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc