×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès et Saint-Etienne se rapprochent

Par L'Economiste | Edition N°:2421 Le 13/12/2006 | Partager

. Processus de coopération et d’échange d’expériences. Un plan d’action établi sur trois ans. Culture, santé, formation, délocalisation des investissements…FAVORISER la coopération dans les domaines culturel, économique, sanitaire et universitaire. Tel est l’objectif du partenariat signé récemment entre Michel Thiollière, sénateur-maire de la ville de Saint-Etienne (France) et Hamid Chabat, président du Conseil de la ville de Fès. Ce dernier était, d’ailleurs, à la tête de la délégation qui s’était rendue à Saint-Étienne, du 21 au 26 novembre dernier. Le séjour de la délégation a coïncidé avec la «Biennale internationale Design 2006», une foire qui est organisée pour mieux montrer l’influence du design sur la vie quotidienne. «Quatre jours durant, la délégation marocaine a eu l’occasion de découvrir et de s’inspirer du potentiel d’innovation, de recherche et de créativité offert par le design des Stéphanois», raconte Abdelmajid Njioui, chef de la division des relations étrangères et de la coopération de la Ville de Fès. Et d’ajouter que les relations entre Fès et Saint-Etienne s’élargissent chaque jour plus encore. L’accord conclu unira les deux parties durant trois ans à compter de sa signature (23 novembre 2006). Pour Njioui, Fès est intéressée par la coopération, sous tous ses aspects, pour un développement fructueux. Elle veut développer des actions de coopération dans les domaines de la gouvernance municipale. Ceci à travers l’échange d’expériences dans les nouveaux procédés de gestion communale et les nouvelles technologies. L’amélioration de la qualité de vie des habitants, notamment par l’application du design dans le domaine du commerce, du cadre de vie urbain, ainsi que par la culture et les arts, figure parmi les objectifs des partenaires.En concrétisation dudit partenariat, la ville de Saint-Etienne assistera Fès dans la formation universitaire. A ce titre, des accords spécifiques avec l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès devraient voir le jour incessamment. La coopération touchera également le domaine de la santé. Fès pourra profiter de l’expérience stéphanoise notamment par une collaboration entre le CHU Hassan II de Fès et celui de Saint-Etienne.Par ailleurs, l’accord ambitionne la promotion de la vie associative dans les deux villes à travers le renforcement d’échanges culturels, en particulier dans le cadre de la candidature de Saint-Etienne au titre de capitale européenne de la culture en 2013. Il prévoit, également, la mise en œuvre du projet d’un Centre culturel marocain à Saint-Etienne dans le cadre d’une coopération spécifique. Le domaine des investissements n’a pas été négligé. Le développement d’activités technologiques et industrielles en coopération avec la CCI (Chambre de commerce et d’industrie de St-Etienne Montbrison) et la CCIS de Fès figure parmi les principales clauses.A noter que l’accord de coopération et d’échanges pourra être étendu à d’autres domaines après identification de nouveaux champs d’intérêt commun entre les deux parties.En tout cas, les Français ne cachent pas leur volonté de concrétiser tous ces échanges. D’après des données relayées au niveau du site officiel de Saint-Etienne, «depuis son premier jumelage en 1955 avec Coventry, en Grande-Bretagne, cette ville cultive son ouverture sur le monde entier». Aujourd’hui, pour mieux faire connaître ses atouts et renforcer ses liens et partenariats, la ville mène une politique active de relations internationales. Ainsi Saint-Etienne se manifeste-t-elle en permanence sur la scène internationale, par le biais de jumelages ou de coopérations décentralisées. Elle est également membre de réseaux de villes amies, tels Cités-Unies. La volonté d’ouverture internationale donne lieu, sur le sol stéphanois ou ailleurs, à de multiples rencontres, groupes de travail et voyages d’études sur des thèmes aussi variés que l’urbanisme, l’art, la gestion publique locale ou l’économie. Tous destinés à enrichir la culture de la ville française et contribuer à la faire rayonner sur tous les continents. «Il ne se passe pas une année sans que des artistes, élus et acteurs économiques du monde entier ne soient invités dans notre ville, ou que des Stéphanois ne se rendent à l’étranger», selon Michel Thiollière, le maire de Saint-Etienne.C’est finalement dans cet esprit que les représentants des deux collectivités (Fès et St-E) se réuniront au moins une fois par an. «Les parties s’accordent sur le fait que leurs directions des relations internationales sont responsables de la coordination et du suivi de l’accord avec l’appui des coordinations des objectifs escomptés», conclut Njioui.


Profiter des jumelages

SAINT-Etienne est jumelée avec 16 villes dans le monde entier. Si l’objectif des jumelages a évolué, le sentiment d’amitié, lui, est resté intact. Parfois, des villes jumelles d’une commune sont elles-même jumelées entre elles, comme c’est le cas pour Granby, Coventry, Windsor et Saint-Etienne. 32% des actions menées par les relations internationales de la ville de St-Etienne relèvent du domaine de la culture et des manifestations. 17% concernent le développement économique et 14% vont en faveur de la formation et de la démocratie locale. De son côté, Fès compte une vingtaine de jumelages et d’accords de partenariat avec des villes des quatre coins du monde (Barcelone, Marseille, Montpellier, Florence, Saint-Louis, Cordoba…). Ses échanges visent, en gros, l’amélioration de la gestion communale, notamment le traitement des ordures, le déplacement urbain, l’environnement, la conservation des archives et l’animation culturelle.De notre Correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc