×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier SantéCoopération internationale: Mieux vaut prévenir que guérir

Par L'Economiste | Edition N°:1153 Le 28/11/2001 | Partager

Plusieurs pays donateurs et organisations internationales participent au financement des activités sanitaires et des travaux s'y rattachant. Les fonds proviennent plus de la coopération bilatérale et multilatérale (près de 90%) que des organisations internationales.. Coopération bilatéralePlusieurs projets sont en cours. Pour 2001, l'aide française (non chiffrée) porte sur des expertises et des formations dans les domaines de la santé publique, la gestion hospitalière, les greffes d'organes... Les fonds attribués par le gouvernement espagnol sont plutôt orientés vers la construction et la réhabilitation des infrastructures et de l'équipement. La coopération en cours (1999-2001) porte sur 8 millions de DH pour la construction et l'équipement d'un service de chirurgie infantile et de traumatologie en plus d'un bloc opératoire à l'hôpital Hassani de Nador. L'autre volet n'est pas chiffré. Il concerne la réhabilitation des hôpitaux espagnols de Tétouan et Tanger pour la période 1999-2004. L'Allemagne pour sa part est beaucoup plus portée sur les programmes de planification familiale. La Province d'Essaouira a bénéficié à ce titre de 6 millions de DH en 2001. Les régions de Taza, Taounate et Al Hoceima ont droit à 24 millions de DH (2000-2002) pour la décentralisation du système de santé en santé reproductive. Pour la ville de Marrakech, le gouvernement allemand forme cette année des techniciens orthoprothésistes pour 13 millions de DH. Quant à la coopération maroco-belge, elle prévoit pour la période 2001-2003 un programme d'appui au programme national de lutte contre les infections sexuellement transmissibles/sida pour une enveloppe de 25 millions de DH. Pour la construction et la rénovation de l'Institut Pasteur de Tanger, l'Italie contribue pour 14,5 millions de DH. A noter également la coopération chinoise qui porte sur l'affectation d'équipes médicales dans plusieurs hôpitaux publics. En tout, ce sont 94 médecins chinois qui exercent au Maroc pour la période 2001-2003. A signaler qu'ils sont rémunérés par le Trésor. . Coopération internationaleL'USAID accorde sur la période du plan quinquennal une aide de 14,1 millions de dollars US. Cette enveloppe va au financement d'un projet de gestion décentralisée effective des services de santé de base dans les régions de Souss-Massa-Draâ et Tanger-Tétouan. Elle est également destinée à accroître le recours au secteur privé pour les services de santé reproductive et infantile dans l'ensemble du pays. Dans le cadre de la santé maternelle et infantile, le FNUAP contribue à améliorer la santé reproductive dans 13 provinces prioritaires en réduisant l'écart entre les zones urbaines et rurales. L'enveloppe allouée à cette action est de l'ordre de 7,5 millions de dollars US. Ce programme est complété par l'apport de la Fondation Bill et Melinda Gates pour près de 2 millions de dollars (2000-2002). Très médiatisée, la coopération avec l'Unicef pour la période 1997-2001 est axée sur la décentralisation et l'approche participative. Au niveau national, la priorité est donnée aux actions de mobilisation sociale. Au niveau périphérique, le programme repose sur un programme urbain (femmes, jeunes filles et enfants vulnérables, hygiène et assainissement...) et un programme rural orienté santé de base, éducation, assainissement et hygiène. Le PNUD, pour sa part finance pour pratiquement un demi-million de dollars des programmes de lutte contre le sida dans dix provinces. Le Ministère de la Santé Publique mène conjointement avec l'OMS un programme de plus de 2 million de dollars (2000-2001) portant sur l'expertise, la formation et l'équipement de différentes structures du département.H. F.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc