×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Dilami, nouveau président de l’UPF

Par L'Economiste | Edition N°:3422 Le 13/12/2010 | Partager

. Philippe Dessaint de TV5 élu vice-président. Fort montée de la représentation des journalistes d’Europe de l’Est. L’UPF, une des plus anciennes organisations de la francophonieLE président-directeur général d’Eco-Médias, Abdelmounaïm Dilami, a été élu, vendredi 10 décembre à Paris, président de l’Union internationale de la presse francophone (UPF). Il était vice-président de l’organisation. Il succède à l’Ivoirien Alfred Dan Moussa. Lequel avait succédé à Hervé Bourge, le célèbre journaliste qui dirige pratiquement toutes les entités publiques et privées de la télévision en France. Lors de ce scrutin, Alain Blaise Batongué du quotidien Mutations de Yaoundé a été réélu vice-président. Philippe Dessaint, le journaliste qui présente l’émission Kiosque sur TV5, a été élu aussi vice-président.L’élection s’est déroulée lors de la réunion du Comité international de l’UPF, à Paris, les 9 et 10 décembre 2010. 36 pays étaient représentés par leur union nationale. On notera la forte montée des pays de l’est européen, où des journalistes et des publications se réclament aujourd’hui d’un lien avec la francophonie. Et donc ont adhéré de manière active à l’UPF.L’Union est l’une des plus anciennes organisations internationales consacrées à la francophonie. Elle a été créée en 1950, à l’initiative d’un journaliste canadien. Elle compte aujourd’hui 3.000 membres, qu’elle fédère soit directement, soit par l’intermédiaire de leur Union nationale de le presse francophone. L’Union attribue «Le prix de la Liberté d’expression». Ses 42e Assises se sont tenues à Rabat du 1er au 4 juin derniers (www.leconomiste.com). Le sujet central des travaux était «la responsabilité politique et sociétale des médias». Les congressistes s’étaient particulièrement inquiétés du maintien, dans certaines régions, des peines de prison pour des erreurs professionnelles. Rares, les pays qui sont dans ce cas, mais le Maroc en fait toujours partie, malgré les promesses de gouvernements successifs. Dans ce sens, Aymeric Chauprade, spécialiste en géopolitique, avait souligné que les pays, qui ont une presse libérée de ce genre de pression judiciaire, bénéficient d’une meilleure image que les autres. Son analyse venait étayer l’observation selon laquelle les médias abordent presque toujours leurs sujets sous un angle idéologique prédéfini… Ce qui impose donc d’avoir une présence constante, agile et réactive pour éviter les dérives où l’information crédible n’est pas une information vraie. Une analyse prémonitoire dans l’affaire qui oppose Rabat et Madrid aujourd’hui…. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, était à Rabat l’envoyé spécial du président français Nicolas Sarkozy. A cette occasion, les membres de l’UPF avaient visité Dakhla et écouté un exposé très ouvert de militaires marocains.J. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc