×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1856 Le 17/09/2004 | Partager

Editorial: Scandale d’origine marocaine

EN quatre mois d’intervalle, le Maroc a été incriminé par deux fois (mai et juillet) pour l’introduction en France de chiens reconnus atteints de rage. En effet, cette grave maladie, éradiquée dans le pays de Louis Pasteur, continue à faire des ravages dans notre pays, à telle enseigne que nous sommes devenus «exportateur» pour le genre canin. Malgré les efforts déployés par l’Etat dans la lutte contre les zoonoses, cette situation pointe du doigt les services nationaux concernés, en l’occurrence la Santé, l’Intérieur, les Finances (douanes) et l’Agriculture.Comme feed-back à cet événement qui a mobilisé toute la France, les différents départements ministériels nationaux responsables ont annoncé dans le communiqué du conseil national de lutte contre la rage les interventions pour juguler, à court terme, cette grave maladie. Il a été décidé le renforcement des traitements gratuits des personnes mordues; la relance d’un programme de vaccination des chiens à propriétaire, sans cette fois-ci être précédée d’une campagne d’abattage de chiens errants; l’annonce d’une campagne de sensibilisation.En attendant, les chiens errants continuent à envahir nos villes et à sillonner nos rues et nos campagnes. Avec pour conséquence, un nombre élevé de personnes exposées.Loin de s’immiscer dans les prérogatives des différents départements ministériels, et suite à l’appel lancé par le Conseil national de lutte contre la rage (le 10/09/04), pour inciter la société civile à participer à cette lutte, notre association souhaite, grâce au réseau des ONG de défense du consommateur (confédération des associations de consommateurs) à contribuer d’une façon effective à la mise en place d’un programme national de sensibilisation contre cette maladie qui se transmet de l’animal à l’homme par morsure ou léchage. Sur ce dernier point, les ONG de protection du consommateur ont un rôle vital à jouer si le gouvernement sollicite leur participation et ceci dans le cadre de leur programme de sensibilisation des jeunes consommateurs (écoles, collèges, lycées et universités). Car les objectifs de ces ONG et des différents départements ministériels convergent vers le même objectif, à savoir la protection du sujet marocain contre tout ce qui peut nuire à sa santé. Bouazza Kherrati AMPOC-Kénitrakherbouaz@yahoo.fr


Actualité: Alerte, CSF (chiens sans domicile fixe)

IL paraît difficile d’admettre ce qui été rapporté par un communiqué officiel récemment diffusé: «Aucune recrudescence des cas de rage n’a été enregistrée aussi bien chez l’homme que chez l’animal par rapport à la moyenne des cinq dernières années».Les routes et les quartiers de Casablanca, Mohammédia, Kénitra ou d’autres villes sont devenus un refuge pour chiens et chats errants, «vadrouillant» de jour comme de nuit.Ces différents groupes présentent de grands dangers pour la population avec des risques de propagation de maladies, parfois mortelles. Face à cela, l’Association marocaine de protection et d’orientation du consommateur demande aux services vétérinaires responsables de la santé animale d’appliquer les mesures de police sanitaire à l’intérieur des villes. Pour sa part, l’AMPOC est prête à participer au programme de sensibilisation, à travers des campagnes d’information des techniciens, des professionnels et du grand public.Mohammed OUHSSINEAMPOC-Kénitraouhssine@hotmail.com


Eco-Info: Lutte contre la rage: Qui est compétent?

LA lutte contre la rage relève de plusieurs départements ministériels. Les concernés en premier lieu sont l’Agriculture et l’Intérieur. En effet, les services vétérinaires relevant du département de l’Agriculture sont responsables de la santé animale et par conséquent doivent veiller à l’éradication de cette anthropozoonose (maladie transmise de l’animal à l’homme). De même pour le ministère de l’Intérieur, par le biais des collectivités locales qui sont chargées par les textes de loi de la lutte contre les chiens errants, les traitements des personnes mordues et de la collecte des ordures (qui attirent les chiens vers les villes). Viennent par la suite, la Santé, qui assure le suivi des traitements effectués au niveau des BMH et/ou des centres antirabiques, et les Finances qui, par les services de douanes, sont tenus d’assurer le contrôles des transits.Abdlouhab ZEROUALAPC-Marrakechecoconsom@yahoo.fr


Conseils: Vous pouvez garder votre chien si…

LA rage est une maladie transmise à l’homme par les animaux. Elle peut être d’origine canine (chiens, chats), bovine, ovine, caprine, cameline ou équine. La morsure n’est pas l’unique voie de transmission de la maladie. Celle-ci peut se propager par la salive et les griffes. Attention, lorsque la maladie est déclarée, il n’y a pas de traitement. En plus de la rage, les chiens peuvent transmettre à l’homme d’autres maladies et plus particulièrement les parasitaires. Pour se prémunir et garder son animal de compagnie en toute confiance, tout propriétaire de chien doit:- procéder à sa vaccination contre la rage chez un vétérinaire mandaté;- tenir à jour son carnet de vaccination;- le tenir en laisse lors des promenades;- le tatouer et procéder à un titrage des anticorps avant de l’introduire en Europe.- assurer un traitement antiparasitaire; - faire examiner son chien par un vétérinaire une fois par an au minimum.Mohamed BENKADDOURAPCE-Oujdaecoconsom@yahoo.fr

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc