Courrier des Lecteurs

Inondations: La galère continue

Par L'Economiste | Edition N°:4423 Le 18/12/2014 | Partager

- Les stades de foot  inondés
C’est un véritable drame. Le stade de football de Rabat, qui a accueilli plusieurs matchs de la Coupe du monde des clubs la semaine dernière, était totalement inondé, ce qui a donné lieu à un spectacle des plus ridicules. En effet, les joueurs glissaient littéralement sur le terrain et tombaient toutes les deux secondes. Quant au ballon, il devenait immobile dès qu’il rentrait en contact avec la pelouse, faussant totalement le jeu des footballeurs. Une situation risible au possible qui pousse à s’interroger quant aux moyens employés lors de cet évènement par les organisateurs. Il aurait fallu à mon avis mettre aux normes tous les terrains marocains de la Coupe du monde des clubs et construire des terrains avec des systèmes de filtration de l’eau et avec une pelouse suffisamment dense pour absorber la pluie, comme c’est le cas pour les stades européens. Certains matchs qui devaient avoir lieu à Rabat seront joués au grand stade de Marrakech, plus moderne et mieux équipé. Mais cela suffira-t-il ?
I.F.

- Des effondrements aussi
Près de quatre personnes ont trouvé la mort dans l’effondrement de leurs maisons, dont deux à Casablanca, suite aux intempéries qui ont frappé le pays. Le vent et la pluie torrentielle ont provoqué en effet l’effondrement de trois maisons d’un quartier de Casablanca. Les corps des victimes ont été retrouvés sous les décombres par les équipes de sauvetage, qui ont néanmoins réussi  à sauver une personne. Une situation que je trouve à mon sens scandaleuse. Mais bon sang que font les autorités? Ces dernières doivent prendre à mon avis des mesures sévères pour changer la donne une fois pour toutes. Il est temps de construire des habitations dans les normes et en prévention des pluies battantes et des inondations. Le Royaume a connu un automne particulièrement agité. Près d’une cinquantaine de personnes ont perdu la vie suite aux inondations au cours du mois de novembre.
R.D.

- Le Sud frappé de plein fouet
La saison des pluies a commencé depuis plusieurs semaines au Maroc et, comme chaque année, les citoyens se trouvent confrontés au problème récurrent des inondations. Ainsi, le sud du pays a été frappé de plein fouet par ce fléau. De fortes pluies y ont causé la mort de nombreuses personnes suite aux crues de l’oued Tamnsourt, situé à 6 km de la ville de Bouizakarne. Par ailleurs, plusieurs routes ont été déclarées impraticables, notamment celle reliant les villes de Marrakech à Ouarzazate et Kelaa Sraghna. De nombreuses routes provinciales ont aussi été coupées. Une situation inadmissible à mon sens. Que font les autorités? Ces dernières doivent selon moi prendre des mesures draconiennes pour que le pays ne soit pas noyé sous l’emprise de la mauvaise gestion!
I.P.

Réseaux sociaux: Une aubaine pour les terroristes

Les réseaux sociaux représentent un véritable danger en termes de terrorisme. Plusieurs cellules terroristes se servent de ce mode d’expression virtuel pour embaucher de nouvelles recrues, répandre leurs visions ou encore former leurs membres. Il faut dire que ce moyen de communication est facile à utiliser, gratuit mais également anonyme. Pour changer la donne, il faut à mon avis sécuriser davantage l’accès à ces sites et sensibiliser sur les risques liés à leur utilisation.
O.R.

- Les grosses cylindrées trop bruyantes
Je réagis suite à l’article sur «Les triporteurs dans la ligne de mire» publié le 15 décembre dernier. En tant que citoyen, on ne peut que se réjouir de cette mesure qui aurait dû être prise depuis bien longtemps, mais mieux vaut tard que jamais. A quand une réglementation contre les bruits sonores et assourdissants des grosses cylindrées qui s’en prennent à cœur de joie à toute heure, de jour comme de nuit?
Aly Zerouali

- Triporteurs: L’anarchie enfin résolue?
L’article «Les triporteurs dans la ligne de mire» m’a fait pousser un ‘ouf’ de soulagement. L’on y apprend que les triporteurs, tricycles et autres quads doivent désormais être obligatoirement immatriculés. Ils disposent de six mois pour se conformer à la loi. Une mesure gouvernementale qui s’imposait. En effet, ces engins, particulièrement nombreux aussi bien dans les villes que dans les campagnes, représentaient de véritables OVNI circulant sur la voie publique. Ces engins rendaient le constat impossible à réaliser en cas d’accident.o
K.Y.

Nouvelles brigades anti-terroristes: Un rôle préventif avant tout

L’opération Hadar, les Marocains n’arrêtent pas d’en parler. Ce dispositif, mis en place par l’Etat marocain suite à des instructions royales, a commencé en août dernier par l’installation de missiles de défense sol-air, avant la mise en place d’un plan national devant être appliqué à tous les sites névralgiques du pays.
L’expérience du Maroc en matière de lutte anti-terroristes est reconnue au niveau mondial, mais le déploiement de ces nouvelles brigades a plus un caractère préventif et proactif en vue de rassurer les citoyens et les étrangers. Ces derniers sont particulièrement alarmés par le terrorisme de Daesh qui compte des centaines de jihadistes marocains dans ses rangs, jurant tous d’en découdre avec leur pays au nom du califat.
O.P.

- Le témoignage d’un ex-soumissionnaire
Pour avoir été un concurrent éternellement perdant des appels d’offres de l’ONDA, je constate que la défense de certains accusés noie bien le poisson.
Ce n’est pas la procédure de paiement qui est à l’origine du mal. C’est le dépouillement des plis qui est en cause. Pendant cette phase, le président de séance et ses assesseurs manœuvrent pour écarter qui ils veulent et maintenir qui ils désirent. C’est le cas  lors de l’analyse technique des offres.
Dans certains dossiers, il était demandé de fournir des modélisations et projections techniques dans les dossiers de réponse. Sauf que, dans les dossiers de consultation des entreprises, aucun plan au format électronique n’était fourni! Interrogés à ce sujet, les services de l’ONDA répondaient sur un ton laconique qu’il revenait au concurrent de faire lui même les relevés métriques des bâtiments!
Vous imaginez une entreprise mesurer tout un aéroport  en 15 jours et de surcroît en zone sécurisée et/ou internationale!? Comment un président de séance (commission des marchés publics) peut déclarer adjudicataire un concurrent qui est le seul à joindre ses modélisations et projections techniques.
Les autres en revanche ne les joignaient pas car ils n’avaient pas les plans nécessaires, sauf en étant mis au parfum...
R.M.

- A propos du «contrôleurs d’Etat»
La loi n° 69-00 du 11 novembre 2003 (Bulletin officiel n° 5170 du 18/12/2003) régit le  «contrôle financier de l’État sur les entreprises publiques et autres organisme». Depuis son entrée en vigueur, le nom du contrôleur financier a été remplacé par  «Le Contrôleur d’État» et celui d’agent comptable par «trésorier payeur». Le contrôleur d’État est un fonctionnaire du ministère des Finances.
Son rôle consiste à accorder des visas. C’est le cas lorsque le montant du marché dépasse un seuil déterminé. Le visa du marché par le contrôleur d’État est par conséquent requis.
Par contre, les règlements sont du ressort du trésorier payeur. Il signe les chèques et virements. Seul le contrôleur d’Etat a la qualité de «représentant du ministère des Finances» lors de la commission d’ouverture des marchés. Le directeur financier est un cadre de l’établissement qui agit sous les ordres du directeur général.o
Rachid I.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc