×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Constitution: Tony Blair «doit» rester à l’écart

Par L'Economiste | Edition N°:1848 Le 07/09/2004 | Partager

. Pour que le référendum soit en faveur du projet de texte Le Premier ministre britannique Tony Blair devrait se tenir à l’écart de la campagne pour le référendum sur la Constitution européenne s’il souhaite que le «oui» l’emporte, indique un sondage publié hier lundi par le quotidien londonien Times.Selon les personnes interrogées, la campagne pour le «oui» devrait plutôt être menée par l’ancien président du parti conservateur et commissaire européen Chris Patten, avec le leader libéral-démocrate Charles Kennedy et le ministre des Finances (travailliste) Gordon Brown qui est considéré comme plus eurosceptique que Blair.Le sondage réalisé par l’institut MORI pour le compte du Centre de politique étrangère montre que le gouvernement peut gagner le référendum, mais seulement s’il parvient à rallier de nombreux électeurs indécis.41% sont contre la Constitution européenne, mais seulement 27% y sont fortement opposés.«Les pro-Européens ne peuvent pas admettre que le vote sur la Constitution devienne un référendum pour ou contre Blair», analyse le directeur du Centre de politique étrangère Mark Leonard, cité par le Times.«Deux tiers des électeurs sont prêts à se laisser influencer, mais une campagne centrée sur le Premier ministre perdrait autant de vote qu’elle en gagnerait», selon Leonard.Par ailleurs, un influent groupe d’opinion au sein de la gauche britannique, le Centre pour une Europe sociale, a exprimé hier son opposition à la Constitution dans une lettre adressée au Times.Selon cette organisation, «la Constitution représente une opportunité manquée de créer une Union européenne plus efficace, plus transparente, plus durable».La Grande-Bretagne, la France, l’Espagne et les Pays-Bas ont indiqué qu’ils organiseraient un référendum sur la constitution de l’UE. - Tony Blair, Premier ministre britannique, est en mauvaise posture. Selon un sondage, la campagne pour le «oui» doit être menée par le commissaire européen Chris Patten, le leader libéral-démocrate Charles Kennedy et le ministre des Finances Gordon Brown Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc