×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Fès-Meknès: Les conseils élus installent leurs commissions

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:6122 Le 27/10/2021 | Partager
Des organes de gouvernance permanents pour plus d’efficacité
Culture, urbanisme, finances…l’optimisation du budget en priorité

Quelques semaines après l’élection des présidents des conseils élus de la région de Fès-Meknès, ces derniers sont appelés à peaufiner les bureaux et les organes de gouvernance. C’est ainsi que les différentes institutions électorales ont voté le règlement intérieur, désigné les vice-présidents, et élu les commissions permanentes.

fes-meknes-022.jpg

Les conseils élus de la région de Fès-Meknès sont attendus sur la réalisation d’un gigantesque programme prévoyant près de 2 milliards de dollars d’investissement. Pour accélérer sa mise en œuvre, les commissions permanentes de ces structures sont déjà installées (Ph YSA)

«Nous avons opté pour une approche participative et représentative de la coalition formée par les partis au pouvoir», explique Abdelouahed El Ansari, président du Conseil régional de Fès-Meknès. Selon lui, «ces commissions se pencheraient sur différents projets et boosteraient le travail du conseil». Décryptage.

■ Près de 2 milliards de dollars pour la région
Que ce soit au niveau des conseils d’arrondissement, la commune de Fès, ou encore le conseil régional, toutes les collectivités territoriales ont adopté un nouveau règlement intérieur et entériné l’élection des présidents de commissions (budgétaire, jeunesse, culture, sport, investissement…). Et ce, afin de booster le travail de ces institutions. Au conseil communal de Fès, à titre d’exemple, la commission des finances s’est mise à l’œuvre. «L’on prévoit un budget de 730 millions de DH pour 2022… Les directives sont données pour éviter le gaspillage (réceptions, cérémonies…etc) et travailler sur l’optimisation des ressources financières», confie un responsable à la commune. Et d’ajouter: «il faut budgétiser des projets faisables et ayant des retombées sur la population». De son côté, le conseil régional met les bouchées doubles pour la concrétisation du Plan de développement régional et les contrats-programmes Etat-Région. «Nous avons près de 2 milliards de dollars dédiés aux projets de la région», rappelle un haut responsable de l’administration territoriale, affirmant que «cette circonscription connaîtra un bel essor».    
 
■ Ecoparc Fès-Saïss sur de bons rails
La Commission du budget, des Affaires financières et de la Programmation du Conseil régional de Fès-Meknès a tenu, lundi dernier, une réunion axée sur les préparatifs de la session extraordinaire du Conseil pour le mois de novembre prochain. Présidée par Abdellah El Bourkadi, cette commission a débattu autour du projet de budget de la Région pour 2022 et l’actualisation de la décision fiscale relative à l’extraction minière. La Commission a également étudié le projet d’acquisition d’un lot de terrain dédié au projet du centre régional d’information et de communication, et le projet d’achat d’un lot de terrain destiné à l’Ecoparc Fès Saïss, dans le cadre du contrat programme conclu entre l’État et la région Fès-Meknès. Pour ce dernier volet, les responsables du projet «Ecoparc de Fès-Saïss» avaient fixé un délai de réalisation de 18 mois. Fruit d’une convention de partenariat signée par le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique, la Wilaya de la région, le Conseil régional (CR) de Fès-Meknès, le Centre régional d’investissement (CRI) et la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), ce projet coûtera 113 millions de DH (MDH), dont 20 MDH assurés par le CR et 2MDH par le ministère de l’Industrie. Pour rappel, ce projet sera réalisé sur une superficie de 20 hectares avec une capacité d’accueil de 130 entreprises. Le foncier sera mis à disposition de la CFCIM qui, pour sa part, s’engage à mettre en place une société de gestion spécifique. Laquelle aura le rôle d’aménageur, de commercialisation et de gestion de la zone. Pour ses initiateurs, ce projet a pour objectif de créer un parc industriel locatif qui s’adresse aux petites et moyennes entreprises issues de tous les secteurs d’activités avec comme critère de sélection la mise en avant des activités propres et génératrices de valeur ajoutée et d’emplois. Il a pour vocation d’être aligné sur les derniers standards qualité, notamment pour ce qui concerne le volet développement durable.

                                                                        

Les projets foisonnent

Le Conseil régional de Fès-Meknès qui a élu dernièrement les présidents et vice-présidents de ses commissions permanentes, a du pain sur la planche. Présidé par Abdelouahed El Ansari, ce conseil s’apprête à concrétiser 556 projets d’un investissement global de 18 milliards de DH. Ces projets concernent différents secteurs faisant partie des programmes approuvés dans le cadre du contrat programme État-région (2020-2022), le programme de réduction des disparités spatiales et sociales en milieu rural (2016-2021) et celui relatif à la mise à niveau des infrastructures et des structures économiques, sociales, culturelles et environnementales (2015-2021). Signalons que la Région avait approuvé un contrat-programme avec l’État d’un investissement de plus de 11,2 milliards de DH, le premier du genre au niveau national. Prioritaire dans ce programme, la mise en œuvre du programme de réduction des disparités dans le milieu rural a concerné 284 projets d’un montant global de 2,12 milliards de DH. La mise à niveau des axes routiers stratégiques a profité d’une enveloppe de 2,82 milliards de DH, dont plus de la moitié ira à l’aménagement de la voie express Fès-Taounate. Le reste financera la réhabilitation d’autres axes à Meknès, Ifrane, Sefrou et El Hajeb. Sans oublier les projets de désenclavement au niveau de certaines provinces. A noter enfin que Fès devrait profiter d’un programme spécifique. Surtout que cette ville accueille le Souverain depuis décembre 2020. Il y avait nommé le nouveau gouvernement, présidé deux conseils des ministres, donné le lancement de la campagne vaccinale, reçu la commission spéciale du NMD, et lancé la production du vaccin anti-Covid-19.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite