×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Mairie d’Oujda: Le pari de la transparence

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:6098 Le 22/09/2021 | Partager
Azzaoui élu à une large majorité, une première depuis deux décennies
Un grand chantier, trouver de nouvelles ressources
Son défi, regagner la confiance de la population et instaurer la transparence
mohammed-azzaoui-rni-098.jpg

La coalition entre le RNI, le PAM et l’Istiqlal a facilité l’élection du nouveau maire d’Oujda tout en lui laissant les mains libres dans la constitution de son bureau (Ph. MA)

L’élection du nouveau maire d’Oujda s’est déroulée comme sur des roulettes. Une première à Oujda car durant les deux derniers mandats l’élection du maire s’est passée dans des atmosphères tendues. Est-ce un bon signe pour défaire le blocage qui a plombé la commune et a figé ses activités ou faut-il s’attendre à des coups de théâtre par la suite?

C’est l’équation que doit résoudre le nouveau maire de la ville Mohammed Azzaoui (RNI) qui a obtenu 45 voix sur un total de 61 membres du conseil, devançant le candidat de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Abdelilah Saâdi qui a obtenu 8 voix. Les autres membres se sont soit abstenus ou ont boycotté le vote.

Mohammed Azzaoui, actuel directeur régional de l’OFPPT au niveau de l’Oriental, compte déjà une expérience de membre du conseil communal de Jerada (1992/1997) au nom du RNI. Son grand chantier consiste à trouver de nouvelles ressources car le budget actuel de la commune d’Oujda est consommé à 97% par les charges habituelles (fonctionnement, salaires et gestions déléguées). «Dans sa quête de ressources financières supplémentaires, il peut bénéficier d’un traitement spécial de la part du nouveau gouvernement et des ministères chargés de la répartition des budgets», explique Moussa Rochdi, militant du RNI.

mohammed-azzaoui-098.jpg

Commentant son élection à la tête de la commune d’Oujda, Azzaoui a reconnu que le plus dur reste à faire. Toutefois, il compte sur l’engagement de tous les élus pour harmoniser les approches et digitaliser le travail administratif au niveau de la commune et les arrondissements. Un chantier à réussir pour gagner la confiance de la population et instaurer la transparence souhaitée par tous. De son côté, Abdelilah Saâdi, candidat perdant, a expliqué que la contribution de l’opposition, comme source de propositions et actrice de suivi, est impérative pour une bonne gouvernance de la chose communale.

Or, il y a un bémol: l’actuel bureau n’a pas respecté la loi électorale n° 04-21 lors de la formation de son bureau. Le texte prévoit une représentativité effective des femmes dans les conseils préfectoraux et provinciaux avec à la clé un tiers des sièges réservés exclusivement aux femmes. Ce qui n’est pas le cas car sur les douze membres du conseil municipal, seules deux femmes y siègent alors qu’elles devraient être quatre. Dans cet exercice de la parité, seul le Parti authenticité et modernité a respecté la loi électorale 04-21 alors que le RNI et l’Istiqlal n’ont pas proposé de femmes. Ce qui a poussé Houria Arade du RNI à exprimer hautement son désaccord et à boycotter l’élection des membres du bureau.

Ali KHARROUBI  

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite