×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Espaces verts à Casablanca: Bientôt sécurisés!

Par L'Economiste | Edition N°:5892 Le 26/11/2020 | Partager
casa-espace-vert-092.jpg

L’appel d’offres de la SDL Casa Baia, visant à assurer des prestations de gardiennage pour les principaux espaces verts de Casablanca, a particulièrement été bien accueilli par nos lecteurs, qui attendent à bras ouverts agents de surveillance et maîtres-chiens… (cf.  notre article du 19/11//2020)

■ Un sérieux problème de sécurité!
Très bonne initiative! Les places publiques et les espaces verts de la capitale économique du Royaume souffrent depuis toujours d’un sérieux problème de sécurité. Les joggeurs et autres promeneurs du dimanche s’y font en effet régulièrement agressés ou volés. Par ailleurs, les endroits en question font souvent l’objet de vandalisme et d’intrusion de squatteurs malveillants au plus haut point... Un problème de taille qu’il était temps de pointer du doigt!
S.S.
■ Quid de la gestion des arbres?
Les responsables devraient s’inspirer de la gestion des espaces verts réalisée à Rabat. En effet, à Casablanca, celle-ci est tout juste catastrophique. Les arbres sont quasiment considérés comme des moutons. Personne ne les nourrit ou ne les soigne (nos ficus regorgent de bestioles noires qui détruisent tout sur leur passage). On se contente uniquement de les «tondre». A quand une véritable solution à ce problème?             
 R.I.

                                                                                         

Prise en charge du Covid Enfin une grille tarifaire!

Les mesures prises par le ministre de la santé Khalid Ait Taleb et par l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) pour contrôler les tarifs excessifs imposés par bon nombre de cliniques privées du Royaume – dépassant parfois les 100.000 DH pour une semaine en réanimation – n’ont pas convaincu nos lecteurs. Leurs réactions à chaud… (cf.  notre article du 17/11//2020)

■ Des prix excessifs!
Les prix pratiqués par certaines cliniques de la place à Casablanca sont démentiels et ne respectent absolument pas les tarifs de référence affichés par les organismes de couverture de soins (notamment par la Caisse nationale de sécurité sociale). Aussi, les remboursements de ces structures ne suffisent absolument pas à remplir pleinement et même partiellement cette fonction… Voyez plutôt! Un malade qui a passé trois nuits en clinique pour des soins et contrôles de base se voit facturé la prestation à pas moins de… 24.000 DH! Un service dont la caisse reverse – après plus de deux mois de retard – seulement 8.000 DH… Au final, les patients se rabattent sur les hôpitaux publics dont les prestations sont tout simplement catastrophiques…    
M.M.

Sanctionner pénalement
Le grand absent de cette affaire? La Justice! Du moins en ce qui concerne le phénomène grandissant de la demande illégale de chèques de garantie… A ce sujet, l’autosaisine du parquet pourrait ramener certaines cliniques à la raison. Il faudrait que lesdites infractions ou du moins celles relevées par cette nouvelle commission de la santé soient instruites par le parquet et donnent suite à des sanctions pénales en bonne et due forme!
D.D.

 Quid de la création d’un fonds de garantie?
Le ministre de la Santé a opté pour la solution de facilité visant à calmer les ardeurs de millions de citoyens en colère suite à l’avidité dont ont fait preuve bon nombre de cliniques privées: une commission afin d’enterrer le problème une fois pour toutes. Une solution «déjà vu» qui ne fera ens rien avancer les choses… Il faudrait à la place créer un fonds de garantie spécialement dédié à cet effet! Ce dernier pourrait par exemple être directement alimenté par le fonds Covid du Royaume, qui pourrait couvrir au moins de moitié la prise en charge.    
F.M.

                                                                                         

Immobilier: Fausse ou vraie reprise?

immobilier-092.jpg

Drôle de constat pour le marché immobilier actuel. L’on parle partout d’une reprise tandis que tous les indicateurs économiques tournent au rouge et que les professionnels du secteur ne cessent de se lamenter sur leur situation ! Sans oublier les signes de déclassement de plusieurs souches sociales. Où sont donc les sources des données quantitatives présentées?
H.B.

Covid-19: Restons vigilants!

covid-19-092.jpg

Le Royaume continue d’enregistrer plusieurs milliers de nouveaux cas et des dizaines de décès par jour… Bien que le taux de guérison avoisine les 85% et que la commercialisation du vaccin est imminente, nos concitoyens doivent absolument demeurer vigilants. Il en va de la vie de millions de Marocains… Restons donc sur nos gardes et gardons espoir!
E.O.

■ Droits de douane: Un rejet de l’augmentation tout à fait justifié
L’abrogation de l’augmentation du droit de douane qui devait être appliquée sur l’importation du produit fini de polyester est tout à fait justifiable. D’après les experts en textile, la production locale n’est absolument pas «disponible en quantité et en qualité suffisantes» et «les producteurs locaux n’assurent qu’une faible partie des besoins de cette industrie». Un bilan qui interroge plus globalement sur le rôle essentiel de ces achats dans la création de la valeur ajoutée locale. En effet, pourquoi ce commerce profite aux entreprises étrangères sans que leurs homologues marocaines n’en tirent un réel avantage économique? De plus, pour quelles raisons les textiliens n’ont-ils pas mis à profit leurs achats pour accroître autant que possible la quantité de la production locale de fibre de polyester au lieu de se plaindre de sa rareté? Le développement économique local de cette filière doit être l’affaire de tous ses acteurs et de l’intégralité de ses forces vives.
 H.H.

■ Vétérinaires: Ils ont enfin signé leur convention avec le fisc!
Bravo à nos vétérinaires! Pratiquement toutes les professions libérales ont désormais décroché leur convention avec le fisc, incluant notamment les médecins, les pharmaciens, les avocats ainsi que les architectes.
 S.A.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc