×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Gouvernance: Un problème de gestion des priorités

Par L'Economiste | Edition N°:5874 Le 28/10/2020 | Partager

Notre édito récemment paru sur la gestion désastreuse des priorités nationales par notre gouvernance a mis en colère plusieurs de nos lecteurs. Parmi les cas les plus récents, celui de ministres PJDistes qui ont totalement négligé les besoins en eau du Royaume… (cf.  Notre article du 22/10/2020)

■ Les travaux qui mobilisent les ressources en eau toujours en cours!
Les travaux publics mobilisant et puisant dans les ressources hydriques du pays ne se sont jamais arrêtés ! Aujourd’hui encore, et dans le cadre du projet de loi de finances en cours, une multitude de projets – autant mineurs que majeurs – sont toujours en cours de réalisation… La gestion de l’or bleu au Maroc ne devrait-elle pas être prioritaire?
D.A.

■ Un manque évident de responsabilité
Tout ceci relève d’un cruel manque de responsabilité. Une gestion archaïque où chaque responsable attend le signal de son supérieur pour prendre la moindre décision. Consternant…
L.F.

                                                                               

Entreprises publiques: Super endettées!

entreprises-publiques-74.jpg

Notre récent édito sur l’endettement continuel des entreprises publiques a fait réagir bon nombre de nos lecteurs. Des dettes déclarées par les instituts concernés comme étant garanties et donc payées indirectement par le contribuable… (cf.  notre article du 23/10/2020)

■ Un problème de gouvernance avant tout!
Le problème ne se situe pas au niveau des dettes des entreprises publiques puisque celles-ci ont très probablement été stratégiquement investies. Non, le vrai problème concerne la gouvernance de ces organismes. En effet, chacune de ces structures détient le quasi-monopole au sein de son secteur d’activité. Bien gérées et dotées d’un service pleinement orienté client, elles pourraient rembourser leurs dettes sans la moindre difficulté!
J.B.

■ La valeur du dirham pourrait en pâtir
Toutes ces dettes pourraient commencer à peser sérieusement sur l’économie du pays. L’on pourrait même s’attendre à une grosse dévaluation du dirham dans les mois à venir!
P.P.

                                                                               

Et d’autres réactions

■ Gestion des retraites: Confions-la aux organismes financiers
Il me semble préférable de confier le système des retraites à des organismes financiers telles que les banques et les assurances. Un moyen de garantir une gestion qui soit à la fois correcte et sécurisée. D’autant plus que ces structures seront plus aptes à assurer le dépôt d’une garantie fiable en cas de défaillance causée par la fluctuation des cours.
R.E.

■ La RAM au club de L’Economiste: Se débarrasser du patrimoine non nécessaire
Pour survivre à la crise, la RAM doit absolument se débarrasser de son patrimoine immobilier non nécessaire à l’exploitation incluant les hôtels ou encore les terrains… Ce qui constituerait une source de recettes bienvenue en cette période délicate et permettrait également un redéploiement inespéré des ressources humaines mobilisées dans ces dites structures.
S.S.

                                                                               

Caricatures du prophète: Le Maroc met le holà!

La condamnation ferme et vigoureuse du Maroc à l’égard de la poursuite de la publication des caricatures de Charlie Hebdo s’est basée sur une logique simple et évidente : La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Les réactions de nos lecteurs sur un sujet particulièrement sensible et épineux… (cf.  notre article du 25/10/2020)

■ Des publications indignes
Je pensais que l’on enseignait à l’école française les œuvres des auteurs des lumières tels que Voltaire, Hugo ou encore Descartes. Certainement pas celles d’un journal dont le propriétaire et directeur de publication fait l’objet d’un parcours scolaire chaotique qui n’a même pas atteint le niveau du baccalauréat.
L.U.

■ Paroles d’une Française
Je suis française de nationalité et agnostique. Connaissant quelque peu la religion musulmane pour ce qu’elle véhicule d’authentique et de sage, je dois vous confier que j’ai été particulièrement choquée par la première publication de ces caricatures et fou de rage après leur seconde parution! Je les trouve tout simplement outrancières, grossières, inutiles pour combattre le terrorisme et complètement irrévérencieuses envers les Musulmans… Aussi, je ne vois pas pourquoi, au nom de la liberté d’expression pourtant essentielle à mes yeux, je devrais défendre ces créations de très mauvais goût ! Je soutiens donc totalement ce communiqué.    
S.A.

■ Des auteurs dépourvus de discernement!
Ce communiqué est conforme à la culture du Royaume du Maroc, terre cultivant paix et respect des croyances. Les musulmans ne devraient pas prêter attention aux agissements de saltimbanques dépourvus de discernement et manquant cruellement d’éducation. Au fond, ces derniers ne font pas plus preuve d’intelligence que ces débiles qui se font «enrôler» par des terroristes au nom de l’Islam. Aucune véritable spiritualité n’est censée inciter à la violence !
I.L.

■ Paix
Le communiqué du ministère marocain des affaires étrangères est un message de paix entre les peuples. Notre pays a toujours œuvré dans ce sens!
T.T.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc