×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5850 Le 24/09/2020 | Partager

■ Une planche de surf dérive de Hawaï jusqu’aux Philippines
Quand Doug Falter, un surfeur américain amateur de grosses vagues, est tombé de sa planche au large d’Hawaï (Etats-Unis), il n’imaginait pas qu’elle dériverait jusqu’aux Philippines, à plus de 8.000 km de là. Plus de deux ans après l’avoir vue disparaître au milieu des grosses vagues de Waimea Bay, un spot hawaïen de surf très réputé, Doug Falter l’a retrouvée via les réseaux sociaux. Sa planche a dérivé jusqu’à l’île de Sarangani, située au sud de l’archipel philippin, soit à plus de 8.000 kilomètres de Hawaï. Son nouveau propriétaire, Giovanne Branzuela, est un apprenti surfeur qui enseigne dans une école primaire locale. «Quand je l’ai vue en photo, je n’arrivais pas à y croire, je pensais que c’était une blague», a raconté via Zoom à l’AFP le surfeur américain de 35 ans. Il y a quelques mois, M. Branzuela a acheté cette planche à un voisin pour 2.000 pesos (35 euros). Elle avait été retrouvée, abîmée, par des pêcheurs philippins en août 2018, flottant au large, soit six mois après sa disparition. Le nom du fabricant à Hawaï de la planche, Lyle Carlson, était resté visible. Intrigué, l’enseignant philippin a fait des recherches sur Facebook et a envoyé au «shaper» (le fabricant de la planche) une photo. M. Carlson a alors partagé la photo sur Instagram, en mentionnant M. Falter.  L’Américain envisage de se rendre sur la petite île philippine pour récupérer son bien dès que les mesures de restrictions de déplacement liées au coronavirus seront levées.

■ Un championnat de foot reprogrammé un jour après son annulation!
Annulé vendredi à cause de la pandémie du coronavirus, le championnat panaméen de football va finalement reprendre le 23 octobre prochain, a annoncé samedi la Fédération panaméenne de football (Fepafut) à l’issue d’une réunion avec les dirigeants des clubs. Les équipes devront cependant se plier à un protocole de sécurité et les matches se disputer à huis-clos, a précisé la fédération. Le championnat panaméen, qui regroupe dix équipes de niveau semi-professionnel, avait été suspendu en mars dernier, après neuf journées, et devait initialement se terminer entre octobre et décembre. Mais face au risque de contamination lors de la reprise, la Fepafut avait décidé vendredi d’annuler purement et simplement la saison, estimant que des cas positifs «obligeraient à annuler des matches et placer des équipes complètes en quarantaine, ce qui rend impossible la tenue de la compétition».

■ Un dentiste qui opérait sur hoverboard condamné à 12 ans de prison
Un dentiste américain, filmé en train d’opérer une patiente tout en se tenant en équilibre sur un hoverboard, a été condamné à 12 ans de prison pour mise en danger de la vie d’autrui et diverses fraudes à l’assurance maladie. La vidéo a de quoi faire grincer les dents des plus réfractaires au fauteuil du dentiste. Juché sur un hoverboard, une sorte de gyropode sans guidon, avec juste deux roues et un marchepied, Seth Lookhart extrait une dent de la bouche d’une femme visiblement anesthésiée avant de filer dans le couloir sur son engin en levant les bras en guise de célébration. Sa prouesse médicale n’a pas impressionné outre-mesure la justice de l’Etat de l’Alaska, qui l’a condamné mardi à 20 ans de prison, dont huit avec sursis, et 2,2 millions de dollars d’amende.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc