×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Contrôle technique: Environ 60% des véhicules en retard traités

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5827 Le 24/08/2020 | Partager
Les opérateurs mettent les bouchées doubles depuis juin
Augmentation du taux de remplissage, extensions d’horaires, prise de rendez-vous en ligne…

2 mois après la reprise des activités des centres de visite technique (CVT), environ 60% des voitures en retard, c’est-à-dire non passées à la visite technique périodique pendant le confinement, ont été traitées. L’information a été confirmée par le management de Dekra Automotive Maroc, filiale du groupe allemand.

L’opérateur revendique le leadership sur le marché, en nombre de centres et parts de marché avec 138 centres dont 32 en propre et 31,2% de part de marché en volume, 980.000 contrôles/an avec un chiffre d’affaires de 75 millions de DH.

Au total, 800.000 véhicules ne sont pas passés pour s’assurer s’ils sont aptes à circuler sur la voie publique pendant le confinement. «D’ici fin septembre, nous pensons que 100% des véhicules en retard passeront leur visite technique. Néanmoins, nous constatons des retards de véhicules arrivant à échéance de mi-juin à mi-août. Ce retard risque d’être résorbé au-delà de fin septembre pour une partie des véhicules», annonce Xavier Landouer, PDG de Dekra Automotive Maroc.

Pour faire face à cette nouvelle donne, la filiale marocaine du groupe allemand va récupérer 250.000 visites techniques périodiques sur les 800.000 véhicules. Cependant, rien ne filtre encore auprès des autres opérateurs (SGS Aman’Auto, Salama réseau Maroc, Revitex).

Pour absorber ce flux, auquel s’ajoutent 80.000 véhicules arrivant chaque mois à échéance de la visite technique, l’opérateur a dû procéder à des extensions d’horaires de 2 heures par jour pour répondre à la demande des clients et satisfaire l’augmentation des quotas. Chez Dekra, l’augmentation de la production en juin s’est élevée à 100%, par rapport à 2019 et 60% en juillet.

Pour y arriver, les centres ont enregistré un taux de remplissage atteignant 100%, le quota du nombre de contrôles techniques a augmenté de 25%, conformément aux directives du ministère de tutelle. Depuis le 19 août dernier, les mesures exceptionnelles de quota augmenté ne sont plus en vigueur, sur décision de la Narsa. Ainsi, les CVT reviennent aux quotas normaux (20 VT VL/jour et 13 VT PL/jour).

En même temps qu’ils mettent à jour le stock généré par le confinement, la demande ne faiblit pas. Pour décongestionner les opérateurs, la Narsa vient d’accorder un délai supplémentaire aux propriétaires de véhicules dont le poids total autorisé en charge est inférieur à 3,5 tonnes pour le renouvellement ou la réalisation de la visite technique.

Ce délai court jusqu’au 31 août prochain. «Seuls les véhicules disposant de procès de visite technique périodique ayant expiré le 18 mars dernier ou qui sont soumis au contrôle technique pour la première fois à partir de cette date sont concernés», précise la Narsa.

En tout, 4 réseaux nationaux sont homologués par la tutelle pour la réalisation des contrôles techniques: Dekra, SGS, Salama et Revitex. Pour ces opérateurs, l’impact de la crise sanitaire est énorme, notamment en termes de chiffre d’affaires.

«Une partie de l’activité n’étant pas reportable, notamment les visites volontaires et celles pour la mutation des véhicules d’occasion, nous perdrons environ 63.000 contrôles, soit près d’un volume de 7% de l’activité annuelle», précise Khalid Benmansour, directeur Réseau de Dekra Automotive Maroc.

Au-delà du confinement, des pertes sont également induites par les conditions concurrentielles locales particulières, la promiscuité due à la densité plus ou moins importante du maillage dans certaines régions où des anciens centres ont vu des nouveaux s’installer côte à côte, par absence de critère de chaînage dans les appels d’offres.

Rappelons que l’activité des centres de contrôle a repris le 12 juin dernier, après plus de 83 jours de fermeture (du 19 mars au 11 juin). A part 3 ou 4 centres restés ouverts uniquement pour des contrôles de véhicules liés aux urgences (ambulances, bus…).

Repères

controle-technique-027.jpg
  • Dekra, SGS, Salama et Revitexpartagent un marché estimé à plus de 240 millions de DH
  • Le métier, dans sa globalité, a réalisé 3.150.000 contrôles techniques en 2019
  • Les 4 principaux opérateurs nationaux réunis comptent plus de 283 CVT en propre et ralliés
  • 150 nouveaux centres ont été autorisés de 2016 à 2020 à la suite d’appels d’offres ministériels (+53% du nombre de centres)
  • 800.000 véhicules non traités entre le 19 mars et le 11 juin du fait du confinement et la fermeture des CVT
  • Reprise d’activités le 12 juin
  • Environ 60% des véhicules en retard de visite technique traités depuis
  • 100% des véhicules retardés par le confinement pourraient passer leur visite technique d’ici fin septembre
  • Les premiers retards de véhicules arrivant à échéance de mi-juin à mi-août
  • Arrêt des mesures exceptionnelles de quota augmenté (25% soit 25 VT VL et 16 VT PL/jour) le 19 août. Retour au quota de passage normal (20% soit 20 VT VL/jour et 13 VT PL/jour)

                                                                     

Gestion des flux

Pour redémarrer l’activité et faire face à l’afflux de véhicules, les CVT (centres en propre et centres partenaires) ont dû mettre en place, en priorité, des mesures barrières sanitaires pour la sécurité des clients et de leur personnel. S’y ajoute la mise en place du système Khadamat pour la prise de rendez-vous.

Cependant, de nombreux témoignages remontent que le site de prise de rendez-vous n’est pas opérationnel, que la hausse annoncée du quota journalier n’est pas appliquée ou encore se plaignent de l’anarchie dans les locaux. Face aux griefs, le management de Dekra avance ses arguments.

«Nous avons mis en place un système de prise de rendez-vous interne, en plus du système Khadamat de la Narsa, pour ne pas faire attendre certains clients qui ne veulent pas entrer dans la file d’attente. Pour notre part, les deux systèmes ont bien fonctionné. Entre 25 et 50% de nos clients réservent pour passer exclusivement l’après-midi».

Il est vrai que ce n’est pas dans les habitudes de l’usager marocain de prendre un rendez-vous pour faire son contrôle technique et que les opérateurs ont parfois des difficultés à gérer le passage d’une personne avec un rendez-vous l’après-midi alors que d’autres, sans rendez-vous, attendent.

De plus, certains usagers, ne respectant pas le créneau de rendez-vous, arrivent en retard. Pour Dekra, ce système rend service à la clientèle, raison pour laquelle l’opérateur annonce pour début 2021 la création d’un système en ligne, sur son site internet. «Nous allons aussi passer au paiement en ligne, au moment de la prise de rendez-vous. D’abord dans nos 32 centres en propre, puis sur demande, dans nos centres ralliés», annonce Khalid Benmansour.

Modeste KOUAME

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc