×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Covid-19: Droit vers la catastrophe?

Par L'Economiste | Edition N°:5826 Le 19/08/2020 | Partager

Avec actuellement plus de 40.000 cas confirmés de Covid-19, le virus, dont la propagation avait été maîtrisée par le Royaume il y a de cela quelques semaines, gagne du terrain. A qui la faute? Que faire pour sauver la situation? Les solutions, conseils et cris d’alarme de nos lecteurs (cf. notre édition du 16/08/2020)

covid-19-026.jpg

covid-19-026.jpg, par hlafriqi

 
■ Pour éviter le drame, sanctionnons plus sévèrement!
Le gouvernement doit à tout prix cesser de faire dans la demi-mesure… Rien ne changera tant que la majorité des citoyens ne respectera pas le port du masque. En effet, la plupart des Marocains le portent sur le cou ou la bouche uniquement, ce qui diminue sensiblement son efficacité. La situation continuera progressivement à se dégrader, à moins que l’Etat se décide à prendre des mesures répressives pour faire appliquer formellement la loi. Finalement, notre gestion exemplaire du Covid aura été de courte durée. Dommage, tout le monde y avait vraiment cru…
F.Z.

■ Fès: Le spectre d’un nouveau confinement
Les chiffres relatifs à la ville de Fès sont très inquiétants! D’autant plus que la population ignore totalement les gestes barrières et autres consignes de survie essentielles à respecter… Quant aux autorités locales, elles ne se montrent pas suffisamment sévères envers les récalcitrants.
C.M.

■ Victimes
Malheureusement, les individus qui ont respecté le confinement et les mesures sanitaires à la lettre depuis mars dernier sont aujourd’hui victimes de l’inconscience de l’autre partie de la population, laquelle se fiche royalement des normes à suivre.
C.M.

■ Que d’erreurs!
L’augmentation galopante des cas de Covid après l’Aïd Al Adha est plus qu’inquiétante! Elle s’explique par l’insouciance de la population marocaine, mais surtout par de multiples erreurs commises par notre gouvernement. Des erreurs qui ont anéanti les résultats de nos efforts accomplis jusque-là. Concrètement, nos dirigeants auraient tout d’abord dû annuler ces festivités cette année. L’indemnisation des éleveurs aurait d’ailleurs coûté moins cher. Ces mêmes responsables auraient également dû se montrer plus fermes dans l’application de la loi relative au respect des règles sanitaires. Il suffit de constater le nombre important de cafés bondés de personnes serrées les unes contre les autres, ou encore, que la majorité des chauffeurs de taxis ne portent aucunement de protection sur le visage. Si cette situation empire, nos décideurs devront malheureusement opter pour un reconfinement total, lequel aura des retombées socio-économiques désastreuses impactant fortement la croissance du pays. Des incidences également au niveau sanitaire, puisque l’anxiété affaiblit sensiblement le système immunitaire de la population. Pour changer la donne, l’Etat se doit d’être ferme envers ceux qui ne respectent pas les lois relatives au port du masque et à la distanciation. Il faut aussi accélérer fortement le dépistage et procéder à un isolement local par quartier ou zone touchée. Enfin, les associations doivent contribuer activement à sensibiliser la nation sur ce fléau.
 M.M.

                                                                                 
Rabat: Les nouveaux projets quasi finalisés, mais…

Malgré la crise du Covid, la ville de Rabat verra très prochainement certains de ses nouveaux projets finalisés et mis en service, dont notamment l’extension de la ligne 2 du tramway. Pour les habitants, la capitale compte bien d’autres priorités...   (cf. notre édition du 12/08/2020)

■ D’autres priorités
Ces projets sont les bienvenus. Néanmoins, les responsables de la capitale doivent concentrer leurs efforts pour protéger davantage les trottoirs des voitures, et créer un site internet digne de ce nom. Autre impératif capital et non des moindres, poursuivre l’extension du tramway qui a fait évoluer positivement la mobilité des habitants de la ville et par la même son économie.
A.B.

■ Un traitement différencié selon les zones d’habitation
Les projets avancent bien. Néanmoins, l’on constate une différenciation dans le traitement et la progression des travaux suivant les zones d’habitation. Ainsi, le quartier Diour Jamaa est, par exemple, laissé à l’abandon malgré les efforts récemment réalisés pour le réhabiliter… A ce sujet, l’école André Malraux a même été déplacée vers un autre quartier au sein duquel les ruelles sont plus larges et facilitent davantage la circulation. C’est dire l’urgence de la situation.
A.A.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc