×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Lutte contre la pandémie: Confiner ou éduquer?

Par L'Economiste | Edition N°:5818 Le 06/08/2020 | Partager

Face à la propagation du coronavirus, nos dirigeants se savent plus où donner de la tête! Dernières décisions en date, le reconfinement des villes de Fès et de Tanger ou encore  la  punition collective interdisant de quitter ou d’entrer dans pas moins de 8 villes marocaines. Mais ces enfermements de population sont-ils la bonne décision à prendre? Les réflexions éclairées de nos lecteurs… (cf. notre édito du 29/ 07 /2020)

fes-covid19.jpg
 
  • Port du masque et distanciation pour venir à bout du virus

Il est vrai que le virus s’est peu propagé au Maroc essentiellement grâce à un confinement strict et prolongé dans le temps. Mais cette mesure drastique demeure finalement très barbare et fatale socialement et économiquement parlant pour le Royaume. L’on peut affirmer que la balance bénéfice-risque de ces enfermements de populations n’est pas bénéfique, leur seul point positif étant de parvenir à soulager les services de réanimation saturés… Cependant les temps ont changé et nos systèmes de santé se sont adaptés. 
De plus, l’écrasante majorité des cas au Maroc sont asymptomatiques, même si l’on note un faible nombre de décès et de cas graves. Mais n’est-ce pas un risque qu’il faut prendre sciemment pour que le pays survive à cette pandémie? Ne faut-il pas apprendre à vivre avec ce virus? Le port obligatoire du masque demeure au final la seule forme de confinement réaliste et acceptable. Laquelle doit néanmoins être accompagnée du respect rigoureux de la distanciation sociale, avec l’octroi de sanctions dissuasives pour décourager ceux qui ne veulent pas comprendre. Continuer à hospitaliser des personnes asymptomatiques s’avère très discutable. Il faudrait se concentrer principalement sur les cas sévères nécessitant un réel secours! Apprenons à vivre avec cette maladie, le virus pouvant être amené à circuler sur notre territoire pour une longue période encore. H.P.

  •  Champions de l’indiscipline!

Nous payons collectivement les pots cassés de citoyens inconscients de la nature et de l’ampleur du danger, persuadés que cette pandémie n’est qu’une affaire de complot… Bien qu’il soit vrai que le gouvernement ait fait preuve ces dernières semaines d’une mauvaise gestion de la situation, la faute revient avant tout au peuple marocain. En effet, beaucoup de citoyens ne respectent en aucun cas les mesures sanitaires de base dont notamment le port permanent du masque. Et ce ne sont pas des spots télévisés qui vont les dissuader d’agir ainsi. A la base, les Marocains sont champions de l’indiscipline et de l’insubordination réfractaire à la loi. Nous sommes incapables de respecter une file d’attente ou encore de laisser passer les piétons au feu. Il ne faut donc pas s’étonner du résultat… L.L.


Vol de moutons: Ils ont osé!

vol_de_moutons.jpg
 

Les vols de moutons accompagnés de violence et de jets de pierre qui ont semé le chaos dans un marché de bétail de Casablanca juste avant l’Aïd n’ont pas du tout été appréciés par nos lecteurs. Les réactions de ces derniers, profondément déçus par des actes pour le moins barbares et opposés à au caractère sacré de cette fête… 

  • Recherchons les coupables 

La police marocaine doit absolument enquêter sur ces vols et rendre les moutons dérobés à leurs propriétaires. J’ai eu beaucoup de peine pour ces citoyens, qui se sont probablement endettés durant des semaines pour enfin pouvoir s’acheter la bête «sacrée». H.L.

  • Voler incompatible avec la religion

Ces voleurs de bétail se disent musulmans. Mais notre religion n’acceptera jamais que l’on sacrifie un mouton volé. Ces individus n’ont rien compris à l’Islam et sont tout à fait à l’opposée de ses principes ! Un manque de valeurs et d’éthique flagrant… B.S.

  •  Ne généralisons pas!

Il faut sévèrement sanctionner ces actes de vandalisme particulièrement barbares qui ne représentent aucunement les Marocains. Il s’agit de crimes totalement étrangers aux traditions du Royaume ainsi qu’à sa culture. L’image de notre société ne doit en aucun cas être ternie par ces individus irresponsables! Z.O. 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc