×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5817 Le 05/08/2020 | Partager

■ Ils se marient à 2.000 mètres d'altitude
Salar et Soma se sont rencontrés en pratiquant la randonnée en montagne. Pour leur mariage, ces deux Kurdes d'Irak ont donc logiquement décidé de prendre de la hauteur. Ils ont passé leur nuit de noces sous une tente à 2.000 mètres d'altitude et, pour leur premier matin de vie commune, ils ont entamé l'ascension du mont Halgourd, deuxième plus haute montagne d'Irak culminant à plus de 3.600 mètres. Salar Chomany, 34 ans dont douze passés à randonner dans la montagne, a même fait de cette passion son métier: depuis sa localité de Chomane, à la frontière avec l'Iran, il est guide pour des compagnies pétrolières qui explorent le nord montagneux de l'Irak. Son épouse Soma Muhammed 28 ans, elle, est étudiante en sciences de l'éducation à Koysinjaq, une autre localité montagneuse proche de l'Iran. Elle aussi est une accro de la randonnée en montagne, un sport de plus en plus populaire au Kurdistan irakien. Pour ce mariage au sommet, familles, amis et compagnons de randonnée ont enfilé chaussures de marche, lunettes de soleil et même vestes épaisses -car en altitude, ils étaient bien loin de la canicule qui bat cette année des records en Irak à plus de 50 degrés. Mais sans oublier les traditions. En tenue de sport pour la plupart ou en habits traditionnels pour certains, les invités ont dansé en rond autour des mariés pour une «dabkeh» kurde, la danse traditionnelle de la région. Sacs bien remplis sur le dos, maillots et pantalons assortis jaunes et bleus, Salar et Soma, eux, se sont finalement endormis sous une tente marabout après un festin de fruits frais et de fromages du village en contrebas. Après tout, comme le dit le proverbe, les Kurdes, qui attendent toujours leur Etat depuis des siècles, «n'ont pas d'autres amis que la montagne».

■ Tousser sera passible d'une expulsion dans le foot anglais!
Un joueur qui toussera de façon volontaire vers un joueur adverse ou vers un arbitre pendant un match pourra être sanctionné d'un carton rouge, a décidé mardi l'International Board (Ifab), garant des lois du jeu. Même dans le football professionnel, où les joueurs sont en général régulièrement testés et donc supposés ne pas être porteurs du coronavirus provoquant le Covid-19, l'Ifab a indiqué que l'arbitre pourra décider que cela constitue un geste dangereux ou insultant. «Comme pour toutes les violations du règlement, l'arbitre devra juger quelle est la vraie nature de cette violation», a expliqué l'Ifab. «Si c'est clairement accidentel, l'arbitre n'aura pas à agir, de même que si la “toux” s'est produite à une distance suffisante de tout autre joueur», a ajouté le Board. La fédération anglaise de football a aussi indiqué mardi que cette mesure serait appliquée au niveau du football amateur et de loisir avec effet immédiat. Elle a toutefois ouvert la porte à un simple avertissement pour «attitude anti-sportive» si l'incident n'est pas assez grave pour justifier un carton rouge.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc