×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Emploi: Les nouveaux scénarios de la reprise

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5795 Le 02/07/2020 | Partager
Tout dépendra de la trajectoire de la pandémie et des choix politiques
Aggravation des pertes d’heures travaillées au 1er semestre, selon l’OIT

Comment se portera le marché du travail après le confinement? Pour débattre de la question, l’Organisation internationale du Travail va tenir du 1er au 9 juillet un sommet mondial virtuel sur la lutte contre l’impact du Covid-19 dans le monde du travail.

Si les premiers effets ont été plus sévères que prévus, une nouvelle analyse de l’Observatoire de l’OIT propose trois scénarios de reprise pour le second semestre 2020. Elle met en évidence aussi le fait que les résultats à long terme dépendront de la trajectoire future de la pandémie et des choix politiques des pouvoirs publics. Voici quelques messages:

■ Des évolutions alternatives: Le modèle de référence suppose un redressement de l’activité économique conformément aux prévisions actuelles, une levée des restrictions sur le lieu de travail et une reprise de la consommation et des investissements. Il prévoit une diminution de 4,9% des heures de travail perdues (équivalant à 140 millions d’emplois à temps plein) par rapport au 4e trimestre 2019. Le scénario pessimiste prévoit une deuxième vague de la pandémie et le retour des restrictions qui ralentiraient considérablement la reprise avec, pour corollaire, une baisse des heures de travail de 11,9% (340 millions d’emplois à temps plein). Quant au scénario optimiste, il part du principe que les travailleurs vont rapidement reprendre leurs activités. Ce qui stimulera sensiblement la demande globale et la création d’emplois. Avec cette reprise, la perte des heures de travail au niveau mondial serait ramenée à 1,2% (34 millions d’emplois à temps plein).

■ Bilan mitigé au 1er semestre: L’OIT attire l’attention sur le fait que le nombre d’heures de travail perdues dans le monde au cours du 1er semestre 2020 est largement supérieur à ce qui avait été prévu. La reprise hautement incertaine au 2e semestre ne suffira pas à revenir aux niveaux antérieurs à la pandémie, même dans le meilleur des scénarios possibles et qu’il existe un risque de voir se poursuivre les pertes d’emploi à grande échelle. Le nombre d’heures travaillées dans le monde au 2e trimestre 2020 a chuté de 14%, ce qui équivaut à 400 millions d’emplois à temps plein (sur la base d’une durée hebdomadaire de travail de 48 heures). Ce pourcentage constitue une nette détérioration par rapport aux estimations du précédent Observatoire (publié le 27 mai), qui prévoyait une baisse de 10,7% (305 millions d’emplois).

Hôtellerie, restauration, commerce…

emploi-reprises-095.jpg

La situation s’est aggravée dans de nombreuses régions au cours des dernières semaines, en particulier dans les économies en développement. Au niveau régional, les pertes d’heures de travail au cours du 2e trimestre étaient de 18,3% dans les Amériques; 13,9% en Europe et en Asie centrale; 13,5% en Asie et dans le Pacifique; 13,2% dans les Etats arabes et 12,1% en Afrique. La grande majorité des travailleurs dans le monde (93%) vivent dans des pays où certains types de lieux de travail demeurent fermés, les plus fortes restrictions étant appliquées dans les Amériques. Les travailleuses ont été particulièrement touchées par la pandémie. Les répercussions du Covid-19 sur elles ont trait à leur surreprésentation dans certains des secteurs économiques les plus touchés par la crise, comme l’hôtellerie, la restauration, le commerce et l’industrie manufacturière. Au niveau mondial, près de 40% (soit 510 millions) de l’ensemble des femmes salariées travaillent dans les quatre secteurs les plus touchés (contre 36,6% d’hommes).

F.Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc