×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5793 Le 30/06/2020 | Partager

• Nouveau texte de loi pour les voyagistes
Les agences de voyages, entreprises de tourisme et du transport aérien de passagers peuvent pousser un ouf de soulagement avec l'adoption de la loi 30-20, relative aux contrats de voyage, les séjours touristiques et les contrats de transport aérien. Les dispositions de ce texte permettent aux prestataires de services, avec à leur tête Royal Air Maroc (RAM), de rembourser les montants dus aux clients par un reçu de prêt sous forme de proposition de prestation de service identique ou similaire, sans augmenter les prix. Sont notamment concernés, les contrats programmés durant la période allant du 1er mars au 30 septembre 2020 et «qui ont été annulés en raison de la propagation du coronavirus».
M.Ko

• La couverture médicale pas pour tous mais...
La santé absorbe la moitié du budget familial contre une moyenne mondiale de 25%, selon le Conseil de la concurrence (Lire article). Cette donnée fait débat. «La couverture médicale atténue la pression financière sur le budget des ménages. Une partie des frais est remboursée», estiment des observateurs. D’autres pensent l’inverse: «Le patient prend en charge une partie des frais. Elle pèse sur ses revenus surtout lorsqu’ils sont modestes. Aussi, l’Etat a sa propre tarification de remboursement. Il ne paie pas forcément le prix déboursé pour l’achat d’un médicament». Reste qu’une partie de la population n’a pas de couverture médicale. Elle n’a pas forcément accès aux soins et encore moins à un remboursement.
F.F.

• 36 opérations de concentration économique validée
Depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, le 20 mars, jusqu’au 25 juin, le Conseil de la concurrence a validé 36 projets de concentrations économiques. Les entreprises sont tenues de lui notifier leurs projets de fusion-acquisition notamment. Durant le confinement, le régulateur a également examiné une feuille de route relative au guide de procédures d’enquête. Ce document a été déjà adopté par sa formation collégiale. Autre nouveauté, le projet d’un index des textes réglementaires régissant la concurrence au Maroc. Jihan Benyoussef a élaboré ce document. Cette magistrate est vice-présidente du Conseil. Un autre projet est en cours d’examen relatif à la sensibilisation du jeune public et au plaidoyer à la concurrence loyale. Le régulateur et le ministère de l’Enseignement vont signer un partenariat en ce sens.
F.F.

• Etudiants internationaux: Certains établissements français disent «non»
Poursuivre ses études à l’étranger, notamment en France, ne sera plus accessible à tous. Certaines universités refusent les dossiers de candidature des étudiants internationaux à cause des conditions liées au Covid-19. C’est le cas de la faculté de droit de l’Université de Poitiers qui n’acceptera pas d’étudiants hors européens cette année. L’établissement justifie sa décision «irrévocable»par l’incertitude quant à l’évolution de l’épidémie, qui pourrait induire un autre confinement et fermeture des frontières, ainsi que par la difficulté d’assurer un e-learning à la hauteur des attentes des étudiants étrangers ayant besoin d’un accompagnement rapproché.
T.E.G.

• Les horodateurs reprennent du service
Les automobilistes casablancais ont appris ce lundi (à leurs dépens pour certains) la réactivation des horodateurs. Ces derniers étaient restés hors service durant les trois derniers mois. Ce qui avait, d’ailleurs, marqué un retour en force des gardiens de voiture informels.
A.Na

• C’est parti pour la Cité des métiers de l’Oriental!
Après le Souss-Massa, c’est au tour de l’Oriental de lancer, hier lundi, les travaux de sa Cité des métiers et des compétences. Le projet, estimé à 360 millions de DH, dont 90 millions apportés par la région, s’étalera sur 12 mois. La cité de 12 ha devrait accueillir 2.920 stagiaires par an. L’offre de formation sera composée de 74 filières couvrant 8 secteurs.
A.Na

• Le service de la carte d'identité nationale reprend
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ouvre ses centres de carte d'identité nationale électronique. Les usagers peuvent désormais en faire la demande. Ce service a été mis en veilleuse à cause de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire du 20 mars 2020. Seuls les candidats au Bac 2019-2020 ont pu faire les démarches pour obtenir leurs cartes d'identités durant cette période. Une opération exceptionnelle a été lancée le 19 mai. Par ailleurs, la CINE va changer via l'intégration d'un identifiant unique pour chaque citoyen. Un projet de loi est en cours d’examen au Parlement. Il fixe l’âge légal d’obtention de la carte d’identité à 16 ans (Cf. L’Economiste n°5783 du 16 juin 2020).
F.F.

• Opération Marhaba: La réunion au Parlement reportée
La réunion prévue à la Commission des Affaires étrangères à la Chambre des représentants, pour se pencher sur les scénarios d'organisation de l'opération Marhaba n'a pas eu lieu. Programmée initialement hier lundi à 17h, en présence de la ministre déléguée en charge des MRE, cette rencontre a été finalement reportée à une date ultérieure.
M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc