×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

OCP maintient le cap au premier trimestre

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5772 Le 01/06/2020 | Partager
Le groupe arrive à contenir les effets du covid-19 sur ses comptes
Pas d’interruption, ni d’impact direct sur la production
Baisse des dépenses d’investissement

Pas ou peu de perturbations de la pandémie du Covid-19 sur l’activité du groupe OCP. «Depuis le déclenchement de la pandémie, OCP a mis en œuvre des mesures spécifiques pour assurer un environnement de travail sécurisé pour ses employés sur tous ses sites», précise d’emblée la communication financière du premier trimestre de l’Office. Grâce à ces mesures, le groupe dit avoir pu «maintenir un rythme d’opérations régulier, sans interruption ni impact direct sur la production».

Dans ces conditions, le recul de ses résultats du premier quart de l’année a été significativement contenu. Ainsi, le chiffre d’affaires de janvier à mars 2020 s’est monté à 12,27 milliards de DH en légère baisse (158 millions de DH) par rapport à la même période de 2019. Cette quasi-stabilisation des revenus est le fait, comme le souligne le groupe, «des forts volumes à l’export». Et d’ajouter: «la hausse des exportations d’engrais vers les marchés clés a été compensée par la baisse des prix par rapport au premier trimestre 2019».

OCP est toutefois parvenu à améliorer son chiffre d’affaires par rapport au quatrième trimestre 2019. Affichant une progression de 5%, «principalement en raison de volumes de ventes plus élevés et d’une légère reprise des prix au début de l’année grâce à une hausse de la demande».

Justement la demande a été plus élevée dans la plupart des régions et des prix en légère hausse par rapport à fin 2019. A commencer par le Brésil qui a augmenté ses importations grâce à une bonne saison agricole soutenue par une hausse record des exportations agricoles au premier trimestre 2020.

Le groupe observe aussi le redressement de la demande européenne par rapport aux niveaux de l’année dernière. Ce qui s’est traduit par une hausse des importations en prévision des impacts potentiels sur les canaux d’approvisionnement des mesures de confinement liées au Covid-19. L’Afrique n’est pas en reste. La demande y a augmenté en glissement annuel avec une hausse des importations, tirée principalement par le Nigéria et l’Éthiopie.

L’Inde, en revanche, voit sa demande marquée par un repli des importations dans l’attente de la décision du gouvernement sur les subventions. En face, au niveau de l’offre, les exportations chinoises sont restées globalement stables au cours de la période par rapport au premier trimestre 2019, et l’offre russe a été principalement dirigée vers le marché domestique, compte tenu d’une consommation locale plus élevée.

Au niveau de la marge brute, la baisse est significative puisqu’elle s’est établie à 7,5 milliards de DH, contre 8,4 milliards du premier trimestre 2019. Le taux de marge régresse de 6 points à 61%. «Ce recul est principalement dû à la baisse des prix des engrais, qui n’a été que partiellement compensée par la baisse des prix du soufre et de l’ammoniac», souligne le groupe.

Dans ce même sillage, l’EBITDA s’est réduit à 3,33 milliards de DH par rapport à la même période de 2019 en revanche, il progresse de 48% par rapport au quatrième trimestre en raison de la hausse des volumes de vente et à l’amélioration des prix des engrais. L’OCP est, dans ces conditions, parvenu à maintenir une «forte» marge d’EBITDA à 27%.

Compte tenu du contexte, l’Office a réduit ses investissements. Les dépenses d’investissement se sont élevées à 2,1 milliards de DH au premier trimestre 2020, en dessous des 2,5 milliards décaissés au cours des 3 premiers mois de 2019.

Amélioration continue des coûts

L’OCP dit continuer à s’appuyer sur sa stratégie de compétitivité en termes de coûts, dans le contexte actuel. À ce titre, il assure avoir «identifié de nouvelles opportunités de réduction des dépenses opérationnelles grâce à l’amélioration continue de ses opérations, à la consolidation et au contrôle des coûts». Grâce à ces mesures, le groupe compte améliorer ses avantages concurrentiels et en l’occurrence renforcer davantage sa situation financière et son positionnement en matière de coûts durant les prochaines périodes. OCP se dit fermement déterminé à soutenir la sécurité alimentaire mondiale et reste pleinement opérationnel pour continuer de fournir sans interruption ses clients dans le monde entier.

Chiffres clés au 1e trimestre 2020

  • Le Chiffre d’affaires a atteint 12.270 millions de DH contre 12.422 millions un an auparavant
  • L’EBITDA s’est établi à 3.329 millions de DH en baisse par rapport à 4.287 millions de DH enregistrés au premier trimestre 2019
  • La marge d’EBITDA s’est élevée à 27%
  • Les dépenses d’investissement ont atteint 2.125 millions de DH en baisse par rapport à 2.448 millions de DH décaissés au premier trimestre 2019.

Moulay Ahmed BELGHITI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc