×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Politique

L’Istiqlal et le PJD accordent leurs violons

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5717 Le 12/03/2020 | Partager
Les deux formations veulent «rétablir la confiance des citoyens» et «renforcer la crédibilité des institutions»
La réforme des lois électorales, l’un des principaux sujets à l’ordre du jour
D’autres réunions communes sont prévues prochainement
istiqlal-vs-pjd-017.jpg

 Le SG du parti de l’Istiqlal multiplie les rencontres avec les partons des autres formations. Après les réunions avec le PPS et l’USFP, qui avaient remis à l’ordre du jour la possibilité de relancer la Koutla, ce parti semble initier un nouveau rapprochement avec le PJD (Ph. Privée)

Après le PPS et l’USFP, le parti de l’Istiqlal se tourne vers le PJD. Une rencontre a été tenue, mardi dernier, entre une délégation du parti de la balance, dirigée par son SG Nizar Baraka, et l’état-major du PJD. Officiellement, les deux formations ont qualifié cette réunion de «rencontre de consultations autour de la situation politique nationale et des défis complexes qui se posent aux acteurs partisans».

L’un des principaux dossiers à l’ordre du jour: la révision des lois électorales, à plus d’un an des prochains scrutins. Le PI au même titre que le PPS et l’USFP avaient relancé le débat autour de ce dossier il y a quelques semaines. Ce qui a poussé le chef du gouvernement à lancer des rencontres de consultation autour de la refonte de ces lois.

Plusieurs aspects sont concernés, notamment le mode de scrutin, par liste ou uninominal, le seuil d’éligibilité, distribution des sièges selon le plus fort reste ou la plus forte moyenne… Lors de la réunion du mardi entre les dirigeants de l’Istiqlal et du PJD, les deux formations ont annoncé la tenue d’autres rencontres, «en vue de favoriser la mobilisation pour la réussite des prochaines échéances».

Au-delà des aspects liés aux lois électorales, cette rencontre entre le PJD, qui conduit le gouvernement, et l’Istiqlal, l’une des principales forces de l’opposition, a remis sur la table l’idée d’un nouveau rapprochement entre les deux formations durant les prochains mois.

Le PI faisait partie de la majorité dirigée par le PJD après les élections de 2012, avant de claquer la porte du gouvernement, suite à un désaccord entre les directions des deux partis. Aujourd’hui, ils veulent rétablir la confiance des citoyens dans l’action politique, notamment en misant sur «le renforcement de la crédibilité des institutions élues».

Cela devra également passer par la consolidation de «la moralisation des mandats représentatifs, dans le sens du respect de la volonté des citoyens dans la prise de décision politique, au niveau territorial et national».

Il y a quelques semaines, les rencontres tenues entre la direction de l’Istiqlal et ceux du PPS et de l’USFP avaient remis à l’ordre du jour la possibilité de relance de la Koutla. Surtout que le PI et le PPS se positionnent dans l’opposition, au moment où les relations sont tendues entre l’USFP et le PJD au sein de la majorité.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc