×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5714 Le 09/03/2020 | Partager

■ L'Opéra du Caire fait revenir Oum Kalthoum sous forme d'hologramme
L'Opéra du Caire va offrir pour la première fois un concert sous forme d'hologramme, faisant revenir d'entre les morts l'icône égyptienne Oum Kalthoum le temps d'une soirée, a annoncé samedi son directeur Magdy Saber. C'est "la première fois que l'Opéra du Caire a recours à l'holographie», a dit à l'AFP M. Saber. Véritable star de la musique arabe classique, Oum Kalthoum est une chanteuse égyptienne dont la carrière s'est étendue des années 1920 aux années 1970. Des taxis aux cafés, en passant par les foyers, sa voix -un contralto profond- résonne encore aujourd'hui aux quatre coins du monde arabe. Le passage holographique durera «12 à 15 minutes et les chanteuses May Farouk et Riham Abdel Hakim interpréteront les plus grands titres» de la légende arabe, a précisé le directeur. «Nous avons choisi Oum Kalthoum pour encourager un retour à l'authenticité et à notre véritable identité», a souligné Mohamed Mounir, l'un des responsables de l'Opéra. «L'utilisation de nouvelles technologies vise à attirer les nouvelles générations (...) et à les rattacher à leur histoire», a renchéri M. Saber. Autant d'allusions à peine masquées aux chanteurs de "mahraganat", un genre de musique électro populaire en Egypte -notamment auprès des jeunes- et interdit mi-février par le syndicat des musiciens égyptiens, dépendant du ministère de la Culture égyptien, en raison de paroles jugées indécentes. «Nous prévoyons d'organiser le même genre d'événements pour rendre hommage à d'autres chanteurs classiques tels que Mohamed Abdel Wahhab ou Abdel Halim Hafez», deux contemporains d'Oum Kalthoum, a ajouté M. Saber.

■ Il enferme sa femme dans la salle de bain par peur du coronavirus!

cari-insolite-014.jpg

La police lituanienne a annoncé mercredi être intervenue pour libérer une femme que son mari, craignant qu'elle soit contaminée par le nouveau coronavirus, avait enfermée dans leur salle de bain. «Nous avons été informés qu'un homme et ses deux fils adultes refusaient de laisser sortir cette femme de la salle de bains après qu'elle leur avait dit pouvoir être contaminée par le coronavirus», a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police nationale Ramunas Matonis.
Elle aurait dit à son mari qu'elle a pu attraper le virus en parlant avec une personne arrivée de l'étranger. «Les policiers y sont allés, il n'y avait eu ni violence ni plainte, donc on a appelé une ambulance», a précisé le porte-parole. Selon les médias locaux, la femme a subi un test qui a donné un résultat négatif.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc