×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5702 Le 20/02/2020 | Partager

    ■ Pour sauver sa main, une violoniste joue pendant son opération du cerveau

    cari-insolite-002.jpg

    Une violoniste a aidé les médecins à ne pas endommager une zone importante de son cerveau en jouant de son instrument pendant l’opération destinée à enlever sa tumeur, a annoncé l’hôpital de King’s College à Londres. Les chirurgiens ont mis au point une technique permettant de vérifier en temps réel que les zones du cerveau responsables du mouvement des mains n’étaient pas affectées pendant cette procédure délicate, a précisé l’hôpital mardi sur son site. Dagmar Turner, musicienne de 53 ans, membre de l’Orchestre symphonique de l’île de Wight (sud de l’Angleterre), a été diagnostiquée en 2013 d’une tumeur à la croissance lente. Elle a demandé à être opérée lorsque la tumeur s’est développée. L’opération a eu lieu le mois dernier. L’idée de faire jouer la musicienne en la réveillant au milieu de l’opération visait à protéger en particulier d’importantes cellules situées dans le lobe frontal droit de son cerveau. Cette zone, située juste à côté de celle opérée, contrôle entre autres la main gauche, essentielle pour jouer de l’instrument.

    ■ Le propriétaire d’un «bateau fantôme» échoué se manifeste
    Le propriétaire supposé du «bateau fantôme» qui s’est échoué sur la côte sud de l’Irlande après la tempête Dennis à l’issue d’un voyage solitaire de plus d’un an a pris contact avec les autorités pour le récupérer, ont-elles annoncé mercredi. Le MV Alta, cargo de 77 mètres, s’était échoué dimanche près du village de pêcheurs de Ballycotton, à proximité de Cork: les vents impétueux de la tempête Dennis avaient ainsi mis un terme à son long voyage sans équipage, commencé en septembre 2018 au sud-est des Bermudes.
    «Une personne prétendant représenter le propriétaire du bateau a pris contact avec l’organisme chargé de la gestion des épaves», a déclaré un porte-parole de l’administration fiscale, à qui revient le traitement des épaves selon la législation irlandaise. Celle-ci stipule que le propriétaire d’un navire échoué dispose d’un an pour se déclarer auprès de l’organisme, qui peut lui donner la possibilité de récupérer son bien. Mardi, un agent mandaté par le comté de Cork pour monter à bord de l’Alta a constaté que son carburant était au plus bas, mais y a trouvé des conteneurs scellés d’hydrocarbures et «d’autres matériaux liés à l’exploitation du navire qui peuvent présenter un risque de pollution en cas de déversement». «Nous travaillons à trouver une solution pour que ces matériaux soient retirés de l’épave en toute sécurité», a déclaré le comté dans un communiqué. Alors qu’il faisait route de la Grèce vers Haïti, l’Alta s’était trouvé immobilisé en septembre 2018 en plein milieu de l’Océan Atlantique, à plus de 2.220 kilomètres au sud-est des Bermudes. Les dix membres de l’équipage avaient dû attendre 20 jours à son bord avant d’être secourus par les gardes-côtes américains.

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc