×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5697 Le 13/02/2020 | Partager

■ Privé d'anniversaire pour cause de virus, il menace de s'immoler par le feu!
Furieux d'être forcé d'annuler son anniversaire pour cause d'épidémie, un Chinois a menacé de s'immoler par le feu à l'aide d'une ceinture de pétards, a rapporté mercredi l'agence de presse Chine nouvelle. Par crainte de contagion, les rassemblements sont interdits un peu partout en Chine depuis fin janvier. Terrifiés par le virus, la plupart des Chinois préfèrent de toute façon rester chez eux. Ce n'était pas le cas d'un habitant de Chongqing (sud-ouest), qui avait prévu d'organiser un banquet de 10 tables pour son anniversaire à la fin du mois dernier. Jusqu'à ce que les autorités locales lui signifient que la fête ne pourrait avoir lieu pour cause d'épidémie.
Furieux, l'homme de 59 ans s'est présenté devant son comité de quartier (le relais du régime communiste au niveau résidentiel), a rapporté l'agence de presse officielle.
Il s'est ceinturé de pétards puis s'est aspergé d'essence avant de brandir un briquet, «menaçant le comité de quartier afin qu'il autorise le banquet d'anniversaire», selon Chine nouvelle.
Le parquet l'a inculpé mardi de trouble à l'ordre public, a ajouté l'agence.
L'épidémie de pneumonie Covid-19 causée par le virus a contaminé depuis décembre près de 45.000 personnes en Chine, dont plus de 1.100 mortellement.

■ Turquie: Deux ans de prison pour un crachat dans une pizza

cari-insolite-097.jpg

Un tribunal turc a condamné mardi un ancien livreur à deux ans et demi de prison pour avoir craché sur une pizza avant de la remettre au client qui l'avait commandée. Selon l'agence de presse étatique turque Anadolu, un tribunal d'Eskisehir (centre de la Turquie) l'a reconnu coupable d'avoir «mis en danger la vie d'autrui en altérant des aliments» et «dégradé un bien». Lors de la dernière audience du procès, l'ancien livreur a nié les accusations.
Les faits se sont déroulés le 24 décembre 2017 à Eskisehir. Selon les médias turcs, l'ancien livreur, licencié depuis, a ouvert la boîte contenant la pizza et a craché dedans avant de sonner à la porte du client pour lui remettre sa commande.
Son geste a été découvert lorsqu'un proche du propriétaire de l'immeuble a visionné les images de vidéosurveillance plusieurs jours après. Il a alors alerté le locataire qui a porté plainte. Lors du procès, le procureur avait requis jusqu'à 18 ans de prison, soit davantage que la peine maximale prévue pour le crime d'appartenance à un «groupe terroriste armé» qui est de 15 ans de réclusion.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc