×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5648 Le 05/12/2019 | Partager

■ Un ours blanc peinturluré alarme les scientifiques

cari-insolite-048.jpg

Les images d’un ours polaire en liberté sur lequel est peint le mot T-34, nom d’un célèbre tank soviétique, alarmaient jeudi des scientifiques russes qui craignent que la peinture dérange l’ours en chasse en gâchant son camouflage. La vidéo de l’ours a été publiée lundi sur Facebook par Sergueï Kavry, un membre de l’organisation World Wildlife Fund (WWF) en Russie, avant d’être reprise par les médias locaux russes. Selon ceux-ci, des scientifiques auraient marqué l’ours alors qu’il s’aventurait à la recherche de nourriture près d’une localité habitée dans l’Arctique. Dans sa publication, Sergueï Kavry dit pourtant craindre que les énormes signes peints sur le flanc de l’animal l’empêchent de chasser et le condamnent à mourir de faim. «Pourquoi? Il ne sera plus capable de chasser discrètement», a-t-il écrit. Chercheur à l’Institut des problèmes biologiques du Grand Nord, Anatoli Kotchnev a déclaré à l’agence de presse Ria Novosti que l’hypothèse d’une oeuvre de «blagueurs» était privilégiée. «Au début, jusqu’à ce qu’il se lave, ça va être compliqué pour lui de chasser», a-t-il ajouté. Selon le média local Severpress, basé dans l’Arctique, le signe a été peint par une expédition scientifique en Nouvelle-Zemble, un archipel quasi inhabité de la mer de Barents dans le Grand nord russe.

■ «One Team» et «#KuToo» mots de l’année au Japon
Le slogan de l’équipe japonaise de rugby «One Team», la campagne «#KuToo» contre l’obligation de fait pour les femmes de porter des talons au travail, ainsi que le nom de la nouvelle ère impériale «Reiwa» ont été choisis mots de l’année 2019 au Japon. «One Team» (Une Equipe) a été très officiellement déclaré lundi en direct à la télévision nationale numéro un des mots à la mode qui marqueront cette année 2019 au cours de laquelle l’équipe japonaise des Brave Blossoms a captivé les foules nippones en parvenant pour la première fois de son histoire aux quarts de finales. Par leurs victoires inattendues contre l’Ecosse et l’Irlande, un match plein d’entrain perdu en quart de finales contre l’Afrique du Sud, futur vainqueur de la Coupe du Monde organisée au Japon, ils ont gagné le coeur d’un pays qui n’avait d’yeux que pour le baseball et le sumo. #KuToo, jeu de mots venant des termes japonais «kutsu» (chaussures) et «kutsuu» (douleur) était aussi dans les 10 premiers du classement. Les militants qui l’utilisent soulignent qu’il est quasi-obligatoire pour les femmes au Japon de porter des talons hauts lorsqu’elles recherchent un travail ou sont employées dans nombre des grands groupes japonais. Une pétition avait été remise au gouvernement en juin pour protester contre cette exigence.
La liste comprend aussi «Reiwa» qui signifie «belle harmonie» et est le nom de la nouvelle ère ouverte avec l’arrivée sur le trône de l’empereur Naruhito cette année.

 

 

 

 

. o

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc