×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5641 Le 26/11/2019 | Partager

    ■ Une peinture majeure de Soulages aux enchères

    cari-insolite-041.jpg

    Une oeuvre magistrale de 1960 de Pierre Soulages, à la lumière intense et aux plans verticaux contrastés, est exposée à Paris en attendant sa vente mercredi pour une valeur estimée entre 4 et 6 millions d’euros, à l’approche de l’exposition du Louvre à l’occasion de son centenaire.
    Acquise par James Johnson Sweeney, conservateur au MoMA de New York de 1935 à 1946 puis directeur du Guggenheim de 1952 à 1960, à la Galerie de France à Paris en 1960, elle est restée dans la famille Sweeney. La rencontre en 1948 entre Sweeney et Soulages marquera le départ d’une longue amitié et de la large reconnaissance dont bénéficiera le peintre de «l’outrenoir» aux Etats-Unis, avant même celle dont il bénéficia en France. Cette oeuvre, qui a été accrochée dans toutes les expositions majeures consacrées à Soulages, est mise pour la première fois sur le marché.

    ■ Un concert déplacé pour ne pas réveiller des ours en hibernation!
    La télévision publique polonaise TVP, soumise à la pression des défenseurs d’animaux, a renoncé à organiser son grand concert du Nouvel An à proximité du Parc national des Tatras où des ours en hibernation risquaient d’être réveillés par les bruits, a annoncé vendredi la mairie de Zakopane, le Chamonix polonais. De son côté, la chaîne publique d’information en continu TVP Info a expliqué dès jeudi soir la décision finale par le souci d’éviter des incidents qui pourraient être provoqués par des «groupes proches du KOD», le Comité de défense de la démocratie, un mouvement d’opposition au gouvernement conservateur de Varsovie. La fête «doit nous unir et non diviser», a déclaré le PDG de TVP Jacek Kurski. La mairie de Zakopane a expliqué sa position par le souci de garantir «l’ordre et la sécurité», grâce aux procédures déjà bien rodées, sans mentionner la campagne menée par les défenseurs des ours, appuyés par des responsables du Parc national des Tatras. Ceux-ci avaient critiqué le projet de la TVP de déplacer l’événement au pied du grand tremplin de Wielka Krokwia, lieu de nombreuses compétitions de saut à ski, proche du Parc national.
    Une pétition lancée par l’hebdomadaire local Tygodnik Podhalanski a recueilli en quelques jours 27.000 signatures, soit presque autant que Zakopane compte d’habitants et quelques centaines de jeunes ont manifesté dans les rues portant un mannequin d’ours sur un brancard.o

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc