×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Gouvernement: Le nouveau ministre de la Santé prend la parole!

    Par L'Economiste | Edition N°:5634 Le 14/11/2019 | Partager
    khalid-ait-taleb-034.jpg

    Première sortie réussie pour Khalid Ait Taleb! Le nouveau ministre de la Santé a fait bonne impression très récemment devant la Commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants, promettant, entre autres, une hausse du budget de 14,5% en 2020 ou encore la garantie de la garde. Des changements qui ont séduit bon nombre de nos lecteurs… (cf. notre édition du 07 /11 /2019)

    ■ Des initiatives prometteuses
    Toutes ces initiatives sont excellentes et prometteuses.  Espérons qu'elles portent leurs fruits et qu’elles seront concrétisées! Cette mobilisation plus importante du personnel se traduira par plus de tâches à accomplir et de sacrifices à réaliser, mais c’est un élément indispensable à la bonne réussite de ces démarches!
    K.L.

    ■ Des efforts essentiels à accomplir pour développer le pays
    Tout laisse présager un véritable pas en avant pour notre nation. Il faut savoir que la santé et l’éducation représentent des piliers essentiels au développement du Maroc. Sans amélioration dans ces secteurs, le pays stagnera encore et toujours!
    F.D.

                                                                                           

    Prince My Abdellah: La rue piétonne attend son grand ménage@

    ■ Des solutions et vite!
    Avec un tel budget, la restauration de cette rue mythique doit absolument commencer par la construction en bonne et due forme de parkings. En effet, les habitants de la ville blanche ne se rendent plus au centre-ville à cause du manque de places pour les voitures… Il faudrait également déplacer tous les taxis blancs en dehors de la zone et améliorer le système de sécurité électronique. Une solution doit aussi être trouvée pour les marchands ambulants qui pullulent et pour interdire le stationnement des voitures sur les trottoirs!
    Karim

    ■ La faute aux moqadems
    Encore faut-il sanctionner les moqadems et le cheikh qui ferment les yeux et autorisent cette anarchie. J'ai vécu la gloire de cette belle rue où s'alignaient les plus beaux magasins qui rivalisaient avec les grandes enseignes de Paris. Actuellement, elle est devenue un véritable souk à ciel ouvert en pleine dégradation!
    F.O.

    ■ Les taxis font leur loi
    La grande priorité consiste à reloger les taxis blancs qui imposent leur loi et instaurent un chaos indescriptible. Une situation qui fait fuir les touristes nationaux et internationaux tout en pénalisant les commerces adjacents. Cela crée également un réel climat d’insécurité et de nuisance auprès des riverains… Vivement le grand ménage pour cette rue qui brillait autrefois de mille feux.
    A.I.

    ■ Un problème de civisme avant tout
    C'est une très bonne nouvelle pour le centre-ville casablancais. Mais il faudra aller beaucoup plus loin. Ce lieu n'est en effet pas valorisé à sa juste valeur et pourrait aisément rivaliser avec les plus belles places des villes internationales si tout le monde contribuait à le remettre à niveau! A commencer par les citoyens qui ne font pas preuve de civisme ou de propreté à son égard… A Casablanca, encore plus qu'ailleurs, il faudrait un service de police dédié à la préservation des biens publics tels que les trottoirs, à la propreté des lieux ainsi qu’à la suppression des parkings sauvages. Casablanca mérite un meilleur destin et des habitants plus éduqués.
    I.P.

                                                                                           

    Et d’autres réactions

    ■ Immobilier: Des prix abusifs!
    J'aimerai bien que votre support se penche de plus près sur l'immobilier à Casablanca, et plus particulièrement à Bouskoura où les prix ne cessent de flamber au vu et au su de tout le monde, tout en narguant les référentiels publiés par la Direction générale des impôts. Par exemple, le prix référentiel des appartements en résidence fermée à Bouskoura ne dépasse pas 15.000 DH. Pourtant, dans la réalité, le prix pratiqué semble être de 20.000 DH, ce qui est illogique étant donné le problème de la décharge de Médiouna qui persiste. De plus, lorsqu’on chercher à acquérir un appartement avec un budget ne dépassant pas les 2 millions de DH, c’est à peine si les agences immobilières ne nous demandent pas de se rabattre sur l’économique! D’ailleurs – et c’est un autre débat tout aussi important – pourquoi est-ce impossible de trouver des appartements moyen standing de qualité sur Casablanca?
    J.F.

    ■ Corniche casablancaise: Pourquoi pas des balayeuses de voirie?
    Je fréquente régulièrement les nouveaux aménagements de notre front de mer casablancais et trouve sa gestion pour le moins scandaleuse.  Pour y remédier, nos élus ne pourraient-ils pas utiliser des balayeuses de voirie pour remplacer, en partie, nos «techniciens de surface»? Ces derniers tentent en effet régulièrement et sans succès de dégager le sable provenant de la plage alors qu’ils pourraient se rendre plus utiles à nettoyer les bancs publics des bouteilles d’eau et autres détritus qui les polluent, ainsi que la chaussée dédiée aux piétons. Les Casablancais en seraient ravis!
    A.O.

    ■ Gestion des bus/Alsa: Une trop longue période de transition

    alsa-bus-casa-034.jpg

    Une période transitoire de 15 mois environ est bien trop longue. Où est la fonction de planification? Cette période est injustifiée… Seul le délégataire en profite au détriment du confort et des intérêts des usagers! Il n’y a qu’à constater la qualité médiocre du service de transport proposé en attendant celui d’Alsa. Sans compter la pollution et les risques d’incendie!
    Hicham

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc