×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Parlement: L’opposition mobilise ses troupes

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5614 Le 15/10/2019 | Partager
    L’Istiqlal veut maintenir la pression sur le gouvernement
    Appel à présenter un nouveau programme gouvernemental et à revoir le PLF
    Le PAM fragilisé par ses problèmes internes
    parlements-014.jpg

     L’opposition, particulièrement l’Istiqlal, a estimé que la nouvelle équipe d’El Othmani doit obtenir la confiance du Parlement sur la base d’un nouveau programme, articulé autour de mesures réalisables d’ici 2021 (Ph. Bziouat)

    Quelques jours après la nomination de la nouvelle équipe gouvernementale, l’opposition a mobilisé ses troupes. L’Istiqlal, l’une des principales forces de l’opposition, a promis de tenir la dragée haute au gouvernement. Son patron, Nizar Baraka, a appelé les parlementaires du parti, au niveau des deux Chambres du Parlement, à renforcer leur implication dans les dossiers en cours, notamment à travers des propositions de loi, en plus des questions orales et écrites adressées aux ministres.

    L’Istiqlal a estimé que la nouvelle équipe d’El Othmani représente une «nouvelle majorité, avec de nouvelles orientations». Ce qui implique, selon son patron, de «préparer un nouveau programme gouvernemental, qui doit être soumis au Parlement pour un vote de confiance, sur la base d’engagements et de mesures réalisables d’ici 2021».

    Pour l’instant, la majorité conduite par le PJD ne s’est pas prononcée sur cette question. Surtout que la Constitution reste muette sur ce genre de cas. L’opposition a également estimé que la nouvelle équipe doit revoir le projet de loi de finances, qui sera bientôt déposé au Parlement, en vertu du délai fixé par la LOLF.

    Pour Baraka, «le gouvernement remanié doit réviser le projet de loi de finances, en prenant en compte le nouveau programme gouvernemental». Ce qui permettra, selon lui, d’imprimer la touche de la nouvelle équipe, et de favoriser l’efficience du principe de reddition des comptes.

    Face à la mobilisation de l’Istiqlal, l’autre force de l’opposition, le PAM, semble encore sous le coup de ses problèmes internes. Mais ses parlementaires ont promis de maintenir la pression sur le gouvernement, notamment via les questions orales.

    Lors de la première séance hebdomadaire à la Chambre des représentants, tenue hier, les députés devaient interpeller les ministres sur certains sujets, particulièrement la mobilisation du foncier pour la construction des zones industrielles, les mécanismes d’appui aux PME, la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement… Le Parlement devra se pencher, au cours de cette session, à la révision du modèle des questions orales, afin d’éviter certaines pratiques malsaines, notamment les clashs récurrents entre ministres et parlementaires de l’opposition.

    M.A.M.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc