×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’OCP multiplie les projets au Ghana

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5587 Le 06/09/2019 | Partager
    Formation des agriculteurs, cartographie des sols, accès au financement…
    Comment l’Etat ghanéen et le groupe marocain renforcent leurs liens
    ocp_ghana0_87.jpg

    Selon OCP Africa, quelque 85.000 agriculteurs ont bénéficié des programmes Agribooster et OCP School Lab depuis 2017. Au cours des trois prochaines années, le nouvel accord de coopération prévoit de toucher plus de 500.000 agriculteurs avec au moins 30% de femmes

    Le groupe OCP assoit son business dans le reste du continent. C’est ainsi qu’en marge de l’African Green Revolution Forum (AGRF), le ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture du Ghana (MoFA) et le groupe OCP annoncent la signature de deux accords-clés.

    Le premier porte sur la coopération ciblant les activités centrées sur les agriculteurs, la cartographie des sols, l'innovation et leur enregistrement numérique. L’enregistrement des agriculteurs est une initiative de l’Etat ghanéen. Il bénéficiera de la collaboration de Teal, une joint-venture entre OCP et IBM.

    La seconde convention est un «term sheet» pour le projet industriel, visant à renforcer les principaux aspects du développement de l'agriculture et de l'industrie ghanéenne. L’on entend par «term sheet» les préliminaires d’une levée de fonds. C’est un document synthétique énonçant les termes de base et les conditions dans lesquelles un investissement sera effectué. Il sert de modèle pour élaborer des documents juridiques plus détaillés.

    Ce n’est qu’une fois que les parties concernées parviennent à un accord sur les détails énoncés dans le document qu’un accord contraignant ou un contrat conforme aux détails de la feuille de route est établi. L’accord s’inscrit dans le mémorandum d’entente signé en septembre 2018, dans lequel les deux parties se sont engagées à améliorer la chaîne de valeurs des engrais afin de fournir des «produits sur-mesure à des prix compétitifs pour les agriculteurs ghanéens».

    Le partenariat offre une gamme de services à forte valeur ajoutée afin de fournir au marché cible des engrais adaptés et à des prix compétitifs, mais également toutes les ressources nécessaires à leur succès: formation pour une meilleure connaissance de leurs cultures, compréhension des enjeux d’optimisation de la nutrition des sols et d’utilisation de solutions financières.

    Les principales initiatives comprennent une offre complète destinée aux agriculteurs (intrants, financement, prélèvement) ainsi que des «Farmers School» (école d’agriculteurs). Toutes ces initiatives ont pour enjeux d’accroître l’employabilité, augmenter la consommation d’engrais et réduire les prix de fertilisants.

    In fine, ces initiatives conjointes amélioreront l’employabilité, permettront l’accès à des engrais de qualité à des prix compétitifs et optimiseront considérablement la consommation d’engrais par les agriculteurs du pays. A l’heure actuelle, l’usage des engrais est de 18 kg/hectare, ce qui est bien inférieur à l’objectif d’Abuja qui est de 50 kg/hectare.

    Pour permettre au partenariat d’être plus efficace, des recherches approfondies ont été réalisées par l’UM6P, les start-ups, JESA (filiale d'ingénierie du Groupe OCP dédiée au continent africain) OCP Africa (la filiale africaine du Groupe) ainsi que la fondation.

    Pour rappel, OCP Africa a lancé depuis 2017 des programmes de soutien aux agriculteurs ghanéens à travers une formation adéquate, une cartographie des sols et l’accès au financement. Quelque 85.000 agriculteurs ont bénéficié des programmes Agribooster et OCP School Lab depuis 2017. Au cours des trois prochaines années, le nouvel accord de coopération prévoit de toucher plus de 500.000 agriculteurs avec au moins 30% de femmes.

    Les efforts du groupe OCP s'inscrivent dans la stratégie du gouvernement ghanéen visant à stimuler le secteur agricole par le biais de son programme phare «Planting for Food and Jobs». Outre ce programme, OCP Africa, filiale africaine du Groupe, a lancé depuis 2017 des programmes de soutien aux agriculteurs ghanéens à travers une formation adéquate, une cartographie des sols et l’accès au financement (Agribooster et OCP School Lab).

    Parallèlement à ce partenariat, le groupe phosphatier a également lancé son programme Impulse, développé par l'Université polytechnique Mohammed VI (UM6P), qui a pour objectif d’accélérer le développement des start-ups et des agro-entrepreneurs actifs dans le secteur agricole. En août dernier, Accra a accueilli la première étape de la tournée africaine d’Impulse.

    Usine de Jomoro

    Le partenariat vient consolider le projet de construction d’une usine de production d’engrais, annoncé en septembre dernier. L’unité devrait être située dans la région ouest du Ghana, dans le district de Jomoro (frontalier à la Côte d’Ivoire). «Le projet favorisera le développement de la chaîne de valeurs locale de fertilisants. Il impliquera l'écosystème des opérateurs locaux, tout en répondant aux besoins en éléments nutritifs adaptés aux sols et aux cultures de la région. Pour l’heure, il est encore dans sa phase conceptuelle et les études topographiques sont en cours de réalisation», précise l’OCP. L’unité industrielle devrait avoir une capacité de production d’environ 1 million de tonnes/an.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc