×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Marrakech: L'Institut français bouscule les clichés

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5580 Le 28/08/2019 | Partager
    Une saison culturelle «engagée»
    Genre, migration, émancipation féminine, monde rural… les sujets à l’affiche
    institut-francais-marrakech-080.jpg

    En vedette des événements culturels programmés pour cette rentrée, le spectacle «Boys don’t cry» met en lumière les voies prédestinées qui ne sont pas forcément celles désirées (Source: IFM)

    Danse, humour, théâtre… la saison culturelle de l’Institut français de Marrakech (IFM) lance les festivités de la rentrée. Ce lieu, où chaque rendez-vous affiche complet, attire en nombre, toute l’année, Marocains et résidents. De vastes jardins, des cours de langue, une médiathèque de qualité, et une culturethèque (bibliothèque numérique), qui donne accès dans tout le pays à plus de 180.000 livres, films, jeux vidéo, musique ou magazines, sont autant d’atouts.

    En vedette des événements culturels de la rentrée, le spectacle «Boys don’t cry» dont la chorégraphie est signée Hervé Koubi et Fayçal Hamlat, est mis en musique par Stéphane Fromentin sur un texte de Chantal Thomas. Prévu le 26 septembre, cette pièce autour d’une improbable partie de foot remet en cause quelques clichés.

    La danse est-elle uniquement réservée aux filles, comme le football le serait aux garçons? «Boys don’t cry» met en lumière les voies prédestinées qui ne sont pas forcément celles désirées. Après la danse, c’est l’humour que le duo Amine Amdouni et Rachid Boulbaroud utilisent pour parler de ceux qui prennent la mer, au péril de leur vie, pour atteindre «le rêve européen». Leur spectacle, au programme de l’IFM le 12 octobre 2019, s’inspire de leur culture et du quotidien de jeunes issus de l’immigration. 

    Les rencontres-débats font toujours salle comble. Au sein de la maison Denise Masson, Mohammed Ennaji est le premier à se lancer dans la ronde avec son récent essai «Le corps enchaîné» sur la manière dont la femme est perçue dans le Coran et la Sunna.

    On y découvre notamment les procédures par lesquelles l’émancipation féminine a été enchaînée en diabolisant le corps de la femme. Mohamed Nedali prend le relais, dans la médiathèque de l’IFM, autour de son nouveau roman dédié au Maroc rural, «La bouteille au cafard».

    Enfin, ce sera au tour de Khalid Zekri, professeur de littérature comparée et directeur du Laboratoire de recherche sur la culture, le genre et la littérature à l’Université de Meknès, d’entrer en conversation avec le public pour son essai «Modernités arabes, de la modernité à la globalisation».

    Toujours dans cette veine d’apprendre et de comprendre, l’anthropologue et sociologue français, David Le Breton, viendra parler des «Violences adolescentes sur soi et sur les autres» qui s’enracinent sur le terreau de l’exclusion, du chômage, des difficultés d’accès à la consommation ou encore de la crise des institutions. Autre invité, le pédiatre, pédopsychiatre et psychanalyste, Bernard Golse, abordera le lourd sujet de l’autisme typique.

    J.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc