×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Développement: Ce que propose le gouvernement parallèle

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5570 Le 06/08/2019 | Partager
    Refonte du système électoral et de la loi sur les nominations pour favoriser l’accès des compétences
    Plaidoyer pour la mise en place d’un mécanisme de prix de référence des hydrocarbures
    Les entreprises appelées à contribuer à l’émergence de l’économie du savoir
    dveloppement-rd-070.jpg

    Au niveau économique, l’une des propositions porte sur la mise en place d’une «contribution pour l’économie du savoir». Concrètement, il s’agit d’instaurer un système dans lequel les entreprises réservent 1% de leurs actifs nets à la recherche scientifique (Ph. L'Economiste)

    Au lendemain du discours du Trône, les jeunes veulent s’impliquer davantage dans les débats autour de la refonte du modèle de développement et de la résorption des disparités sociales et territoriales. C’est dans ce sens que s’inscrivent les propositions du gouvernement parallèle des jeunes.

    Pour Saâdeddine El Othmani, il s’agit du «début d’un processus de coopération, de concertation et d’échange de points de vue». Les propositions du gouvernement parallèle concernent plusieurs dossiers. A commencer par la mise à niveau de la vie partisane. Les formations politiques sont appelées à mettre en place des «shadow cabinets», afin de rationaliser la pratique politique, et favoriser une plus grande implication des compétences, est-il indiqué.

    Cela devra être accompagné d’une refonte de l’article 24 de la loi oraganique sur les partis, afin de dédier la moitié des sièges dans les structures internes de ces formations aux jeunes. La révision du système électoral constitue également une revendication urgente, selon cette instance.

    L’objectif est de prévoir des listes nationales, régionales et locales au profit des compétences, représentant le tiers des sièges à pourvoir. Cela devra s’accompagner de la création d’une Académie des politiques publiques, afin d’assurer la formation des élus au niveau local et parlementaire.

    Les membres du gouvernement parallèle ont également plaidé pour la réforme de la loi organique sur les nominations dans les hautes fonctions et du décret relatif aux nominations des chefs de service dans les administration, afin de favoriser l’accès des jeunes aux postes de responsabilité.

    Au niveau économique, l’une des propositions porte sur la mise en place d’une «contribution pour l’économie du savoir». Concrètement, il s’agit d’instaurer un système dans lequel les entreprises réservent 1% de leurs actifs nets à la recherche scientifique. Cela devra s’accompagner d’une territorialisation des programmes de recherche scientifique, dirigés par des Fonds régionaux.

    La résolution de la polémique autour des prix du carburant devra passer par la mise en place d’un mécanisme national chargé de l’actualisation du prix de référence des hydrocarbures tous les 15 jours. Cette instance devra regrouper des représentants du gouvernement, des sociétés de distribution, du Conseil de la concurrence, et les associations de protection des consommateurs.

    Cette configuration devra permettre aux distributeurs une marge de +/- 5%, pour mieux gérer leurs stratégies commerciales. L’idée est également de mettre en place des plateformes de stockage dans les régions et d’ouvrir le marché à d’autres sociétés nationales et étrangères. Autre proposition: l’instauration d’un impôt sur les pollueurs industriels, avec la création d’un marché national de carbone, avec un prix de référence de 150 DH/tonne CO2.

    Urbanisme

    La mise en place en urgence de la loi 99-14 sera décisive pour l’amélioration de la planification territoriale. L’objectif est de favoriser «la création d’une nouvelle génération des documents d’urbanisme, marqués par plus de flexibilité et instaurant de nouveaux mécanismes favorisant une meilleure exploitation des territoires». D’autres propositions plaident également pour un repositionnement des agences urbaines, avec une dimension régionale, notamment avec une refonte du système en vigueur, qui date de 1984.

    M.A.M.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc