×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Une nouvelle génération d’établissements en route

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5562 Le 23/07/2019 | Partager
    Ecole supérieure de chimie, faculté de langues, de nouveaux modèles en voie d’implantation
    Les Ecoles normales supérieures laissent place aux écoles supérieures de l’éducation et de la formation
    Objectif, augmenter la cadence de formation des ens
    ens.jpg

    Les Ecoles normales supérieures se transforment en Ecoles supérieures de l’éducation et de la formation. Un processus qui sera, par la suite, généralisé à l’ensemble des régions (Ph. ENS Tétouan)

      
    Le système d’enseignement supérieur se métamorphose. Plusieurs établissements d’un type nouveau ont vu le jour cette année et certains entreront en service dès la rentrée prochaine. Parmi eux l’Ecole nationale supérieure de chimie qui sera basée à Kénitra et rattachée à l’Université Ibn Tofaïl. La création de cette école vient en réponse aux besoins pressants du marché de l’emploi en ingénieurs chimistes créateurs de valeur ajoutée dans un milieu socio-économique local, régional et national en perpétuelle mutation, selon l'Université. 
    L’école sera mise en place en partenariat avec l’École nationale supérieure de chimie de Montpellier et celle de Lille et sera amenée à former des ingénieurs chimistes de haut niveau.
    La formation devra leur permettre de satisfaire les besoins en matière de production, de la recherche du management dans les domaines de la chimie fine, de la chimie des matériaux, de l’environnement et du développement durable, explique la même source.
    Les ambitions du Maroc en matière de développement industriel et les récents investissements dans ce secteur, Renault et surtout dernièrement avec PSA seront de nature à créer une forte demande en profils de ce type. Elle est calquée sur le modèle des écoles du même genre en France dont l’une des plus anciennes est celle de Paris, fondée en 1896. Le même modèle devra à terme être installé dans les différentes universités, surtout celles proches des centres industriels du pays comme Casablanca et Tanger.
    Non loin de là, à Settat, une faculté d’un genre inédit verra le jour. Il s’agit de la faculté de langues, arts et sciences humaines, plus connue sous le sigle «Flash». 
    L’établissement jouera sur l’interdisciplinarité et la professionnalisation des cursus. Là, des linguistes pourront travailler avec des anthropologues, des sociologues avec des géographes et enrichir la formation avec une forte dose de recherche. Une première «Flash» a déjà ouvert la rentrée précédente à l’université d’Ibn Zohr, à Agadir. Elle a été installée au campus de Ait Melloul, à une vingtaine de km du centre d’Agadir. 
    Mais la véritable révolution se prépare en matière de formation des enseignants. En effet, les Ecoles normales supérieures (ENS), devront tirer leur révérence. La décision a été actée en 2018 par la Commission de coordination de l’enseignement supérieur. Les universités disposant d’un établissement de ce genre, (au nombre de six), seront amenées à les transformer en Ecoles supérieures de l’éducation et de la formation (ESEF). Le reste aura à en créer une pour disposer à terme d’une ESEF par université. 
    Déjà, Oujda, El Jadida, Kénitra et Beni Mellal ont entamé la mise en place de ces établissements, le reste devra suivre sous peu. Ces écoles participeront à l’effort de formation de 100.000 enseignants à l’horizon 2025.
    Entre 2015 et 2030, le nombre d'enseignants recrutés et formés au Maroc atteindra 200.000, ce qui représente un taux de renouvellement de 80% du personnel d'enseignement actuel. Le défi en matière de formation est considérable. Il faudra compter près de 18.000 lauréats chaque année pour assurer ces besoins. 

     

    Un institut supérieur de l’ingénierie patrimoniale dans le pipe

    LE ministère de la Culture et de la Communication travaille actuellement sur le projet de création d’un Institut supérieur de l’ingénierie patrimoniale en tant qu’institution chargée de la restauration des monuments et sites historiques dont regorge le Royaume, a indiqué le ministère.  Cet établissement aura à épauler les départements du ministère en charge de l’inventaire et de la restauration des monuments dont regorge le pays.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc