×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5559 Le 18/07/2019 | Partager

    ■ La police interpelle des manchots dans un stand à sushis

    cari_police_059.jpg

    Deux manchots pygmées de Nouvelle-Zélande sont entrés par effraction chez un vendeur de sushis de la gare la plus fréquentée de Wellington avant d'être renvoyés dans leur habitat naturel par les forces de l'ordre. La police a raconté avoir été informée durant le week-end de la présence d'un de ces animaux dans le centre-ville, et l'avoir remis dans les eaux du port. Mais le manchot est revenu sur les lieux du crime mardi avec un complice. Les «vagabonds déhanchés» comme les ont appelés les enquêteurs avaient commencé à se faire un nid à l'intérieur de ce stand à sushis situé dans la gare de Wellington, au coeur de la ville. Il a fallu les appâter avec du saumon pour les capturer et les renvoyer de nouveau à la mer. Les autorités chargées de la faune sauvage ont également sécurisé le stand à sushis afin de prévenir toute récidive. D'après Jack Mace, directeur du département de la protection de la nature, les oiseaux qui entrent dans la saison de reproduction recherchaient un endroit étriqué et sûr «pour ouvrir leur boutique et pondre leurs œufs».
    «On a bien des coups de fil pour nous signaler des nids sous les maisons des gens. C'est assez fréquent», a-t-il dit à la chaîne TVNZ. «Mais c'est clair, la gare la plus fréquentée de Wellington, c'est inhabituel». Pour aller jusqu'à la gare, le couple de manchots a peut-être eu à traverser une autoroute mais il est possible, selon M. Mace, qu'ils aient réussi à se faufiler dans les canalisations d'eau. Du haut de leur 25 centimètres, les petits manchots bleus sont la plus petite espèce de manchots. Ils pèsent environ un kilogramme.

    ■ Une panure responsable d'incendies
    Une série d'incendies survenus dans des restaurants japonais aux Etats-Unis s'est révélée avoir été causée par une technique de friture qui, si elle n'est pas réalisée avec précaution, donne une préparation qui prend feu spontanément. Les pompiers de la ville de Madison, dans l'Etat du Wisconsin, ont enquêté sur deux incendies dans leur ville ayant causé des dégâts estimés à 575.000 dollars. Ils ont par la suite identifié sept autres restaurants, dont deux en dehors de l'Etat, eux aussi victimes d'incendies et utilisant la même technique de préparation.
    Celle-ci, «similaire aux tempura», est communément appelée «crunch» ou «crunchy» («croustillant» en anglais), ont expliqué les pompiers de Madison dans un bulletin d'avertissement. Cette préparation est obtenue à partir «d'une pâte faite de farine et d'eau, frite dans une huile de cuisson et placée dans un récipient pour refroidir». Lors de cette dernière étape, si la chaleur ne peut se dissiper, les conditions sont alors créées pour qu'un feu se déclenche, ont détaillé les pompiers.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc