×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès/Occupation du domaine public: Les autorités veulent mettre de l’ordre De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5549 Le 04/07/2019 | Partager
    L’avenue Lalla Meriem enfin évacuée des marchands ambulants
    Opérations coup de poing pour libérer les trottoirs des terrasses de cafés
    domaine_pub_fes_5549.jpg
    Bien qu’elle soit dure et épineuse, l’opération de recasement des marchands ambulants permettrait de récupérer le domaine public. Elle devrait renforcer également la propreté et la sécurité de la ville. Celle initiée, mardi, à l’avenue Lalla Meriem s’est déroulée sous haute surveillance (Ph YSA)

    Les autorités locales veulent mettre de l’ordre dans le domaine public. C’est ce qui ressort, en effet, de l’opération coup de poing menée, mardi dernier, à Fès. Initiée au niveau de l’avenue Lalla Meriem, celle-ci a concerné l’évacuation de plusieurs dizaines de marchands ambulants, la limitation des terrasses de cafés ainsi que la destruction des panneaux publicitaires, rideaux et totems non autorisés. Signalons que la wilaya a sorti la grosse artillerie pour cette opération tant attendue par commerçants et riverains. L’on a noté ainsi la mobilisation de pas moins d’une trentaine de véhicules des forces de l’ordre, de la protection civile, et des sécuritaires. Sans oublier le déploiement de «l’équipe de choc» de la mairie, outre les engins communaux. 

    domaine_pub_fes_1_5549.jpg
     

    Pour rappel, cette opération intervient quatre mois après la promesse d’un haut responsable de l’administration territoriale de mettre fin à l’occupation sauvage de l’avenue Lalla Meriem et boulevard Mohammed V, à Fès. «Ne vous inquiétez pas, ces espaces seront bientôt libérés. Nous allons y mettre de l’ordre grâce à des projets structurants. N’attendez pas de moi de petites actions pour jeter de la poudre aux yeux, mais plutôt des opérations réfléchies et à fort impact!» confiait-il à L’Economiste.
    Et il en est ainsi ce 2 juillet 2019. Toutefois, nombre de marchands à la sauvette affirment «qu’ils savaient, depuis le début de semaine, qu’une campagne d’évacuation des trottoirs allait être menée ce mardi». D’ailleurs, aucune marchandise n’a été saisie au cours de l’opération. Puisque les marchands ambulants ont brillé par leur absence. Idem pour ce qui est des marchandises qui débordaient habituellement tout au long de l’avenue Lalla Meriem, jonchant aussi une bonne partie de la chaussée. En revanche, les marchands ambulants déplorent l’absence d’une proposition de recasement. «Nous avons des fournisseurs à payer… Où allons-nous vendre ces produits? Nous sommes ruinés…», s’insurgent-ils ajoutant qu’«il leur faut des espaces propres et régulés par des normes d’hygiène afin de travailler dans la dignité». Même son de cloche auprès des marchands chassés des trottoirs du boulevard Mohammed V, qui croient que «leur activité ne dérange personne!» No comment!

    domaine_pub_fe_2.jpg
    Les agents d’autorité, appuyés par les forces auxiliaires et d’intervention rapide, ont rasé le souk improvisé qui jonchait l’avenue Lalla Meriem depuis le «20 février 2011» (Ph YSA)

    A noter que la libération du boulevard Mohammed V coïncide avec le lancement imminent d’un vaste chantier d’aménagement de voirie (28 millions de DH). Pour ce qui est de l’avenue Lalla Meriem (à côté de la mosquée Tajmouaâti), l’éradication des marchands ambulants était devenue épineuse, complexe et quasi dangereuse. Car les squatteurs sont comptés par centaine et constituent une véritable menace d’ordre sécuritaire. «Il ne s’agit réellement pas de marchands ambulants du fait qu’ils disposent de voitures utilitaires et proposent des marchandises dont la valeur s’élève à plusieurs milliers de DH», estime-t-on. Pour les évacuer, les autorités locales ont déployé d’importants moyens logistiques pour la réussir sans aucun incident. Leur but est de permettre à l’avenue Lalla Meriem de retrouver ses lettres de noblesse. 

    domaine_pub_3_5549.jpg
     

    Ailleurs, il est des endroits où, en plus d’une circulation très dense, s’ajoute l’anarchie qui règne sur les lieux, sans oublier les cris ennuyants et les tas d’ordures laissées sur les trottoirs et la chaussée, ainsi que les odeurs nauséabondes occasionnées. «Il est inadmissible de voir certaines places historiques se ruraliser au détriment de l’histoire ancestrale de Fès et l’organisation de ses marchés et commerces d’antan… allez faire un tour du côté des circuits touristiques et des quartiers Talaâ et Bab Boujloud», critique un sexagénaire. Plus bouleversant, selon lui, les marchands ambulants qui proposent désormais des vêtements d’occasion (chaussures, sacs, et autres) à l’entrée de la place R’cif et à Bab Mahrouk. Et à l’intérieur de la médina, les commerçants ne font pas mieux… Affaire à suivre.

    Une affaire névralgique

    Pour les responsables de la wilaya, la libération du domaine public est une affaire névralgique. Pour la réussir, il faut beaucoup de volonté et surtout un dispositif implacable. Ces opérations ont été très appréciées par les riverains qui espèrent ne plus voir «les colons du domaine public qui se débarrassent de leurs détritus sur place». Si ce n’est pas le marchand à la sauvette, c’est le commerçant ou le propriétaire de café qui en fait sa propriété. «Quoi qu’il en soit, il faut lutter contre ces souks improvisés sur les principales artères, devant les maisons, boutiques, établissements scolaires, mosquées, etc.», estiment les habitants de la ville. «Il faut aussi s’attaquer aux terrasses de cafés qui ne respectent pas les limitations, les panneaux publicitaires sauvages, et les cafés-chichas, entre autres», concluent-ils.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc